Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

Transformer la misère en chance

© Johannes Gautier

Changement climatique, transformation du comportement touristique, paysages bétonnés ; les défis touristiques sont immenses. La Grave transforme les difficultés en une démarche de développement soutenable.

La Grave voudrait enclencher une transition touristique. Cette commune française située à 1200 mètres d’altitude est la Mecque des Freeriders en hiver. Une télécabine des années 1970 et deux téléskis constituent les seules infrastructures. Il y a deux pistes, deux restaurants et aucun service de secours. La délégation de service public pour l’exploitation de la télécabine est arrivée à terme l’an dernier, après 30 ans. Les caisses de la commune étaient vides, on arrivait tout juste à joindre les deux bouts. En raison des hivers plus courts et des difficultés avec la route d’accès, les hôtes se raréfiaient. La fin de la convention de service public pour la télécabine fut l’occasion de repenser l’avenir.

Une discussion intense s’engagea. Certains espéraient que l’exploitant des remontées mécaniques du domaine voisin de l’Alpe d’Huez ou de celui des Deux Alpes reprendrait l’exploitation de l’ancienne télécabine, aménagerait de nouvelles pistes et installerait de nouvelles remontées. Les grands domaines skiables sont à 30 minutes de La Grave, en voiture, et une liaison à ski serait faisable. Mais un nouveau groupe d’intérêt se forma, s’opposant à de nouvelles infrastructures de transport, à un agrandissement du domaine skiable et à de nouveaux bars et hôtels. Leure devise : « Keep La Grave Wild ». L’initiative « Signal de La Grave » souhaite non seulement préserver l’activité hivernale dans sa forme actuelle, mais également développer une vision intégrée pour l’avenir du lieu. L’utilisation des infrastructures également en été doit permettre de mieux répartir le risque, notamment avec la création de nouvelles pistes de VTT qui attireraient de nouveaux hôtes. Ils proposent aussi de développer davantage l’agriculture et les énergies renouvelables. Avec un financement participatif, ils souhaitaient lever assez de fonds pour reprendre l’exploitation de la télécabine.

DÉMARRER LA DISCUSSION

Le groupe d’intérêt n’a pas été sélectionné pour l’exploitation de la télécabine. En mai 2017 il a été décidé de confier cette exploitation au domaine skiable voisin de l’Alpe d’Huez, avec l’obligation de maintenir son caractère d’origine. Le mouvement « Signal de La Grave » reste actif pour veiller au respect de cette obligation. Pour Vanessa Beucher, du mouvement, la levée participative de fonds fut malgré tout un succès. Le montant rassemblé est investi pour le développement local du village. Le plus important, selon Madame Beucher, c’est qu’une discussion a été initiée dans la région. « Nous avons obtenu énormément de soutien des gens. » Les réalisations visibles telles que le sentier VTT sont tout aussi importantes que la mise en réseau des gens.

Huez, la commune voisine, se bat aussi. Ses nombreux lits touristiques et ses pistes aplanies attendent les touristes. Tout comme la station voisine des Deux Alpes, l’Alpe d’Huez est un des plus grands domaines skiables des Alpes. Le changement climatique y fait également évoluer la fréquentation et les attentes des touristes. Certaines tendances récentes interpellent, telles que le développement des infrastructures, l’aménagement d’espaces naturels, le financement par les pouvoirs publics ou l’approche évènementielle de l’offre touristique. Certains opérateurs touristiques cherchent les réponses dans l’enneigement artificiel, exigent des investissements par millions, des liaisons inter-stations ou l'agrandissement des domaines skiables.

POSER LES BONNES QUEST IONS

Il n’existe pas de solution standard. Il faut se poser les bonnes questions. Comment les villages peuvent-ils continuer à offrir de bonnes conditions de vie pour les résidents permanents et pour les touristes ? Comment les ressources disponibles peuvent-elles être à la fois préservées sur le long terme et utilisées ? Quelles stratégies sont prometteuses et soutenables dans le temps ? Les destinations à basse ou moyenne altitude sont particulièrement concernées par ces questions.

Ce sont la nature, les arbres, les falaises, les cailloux, les chamois, les fleurs ou le ciel qui attirent les gens vers les montagnes, tout au long de l’année. Il y a de nombreuses possibilités pour découvrir cette nature. Dans certains lieux, il n’y a pas assez d’opportunités pour faire connaître aux hôtes la culture et les coutumes, les spécialités et les particularités de la région. Quelles sont les ressources et les trésors cachés dans l’environnement et quelles sont les capacités et le savoir des personnes concernées ? Les habitantes et habitants des Alpes ont les cartes en main pour les mettre en valeur.

Mots-clés associés :