Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Remontées mécaniques : toujours plus, toujours plus grand !

La Vallée des Cimes Blanches, un espace naturel encore non aménagé, est menacée par de nouvelles liaisons inter-stations. © Marcello Donedynaz

De Zermatt/CH à Comelico/I, la création de nouvelles stations de ski se poursuit, malgré le changement climatique et une offre déjà pléthorique de pistes et de remontées mécaniques.

Stations de ski en crise, remontées mécaniques abandonnées sous la pression du changement climatique : pour lutter contre ces phénomènes, les stations modernisent les remontées existantes et en construisent de nouvelles, toujours plus rapides et toujours plus performantes. À cela s’ajoute l’utilisation systématique de canons à neige pour enneiger le plus grand nombre possible de pistes. Mais elles n’en restent pas là. À partir de 2021, un téléphérique reliera Zermatt/CH à Cervinia/I, dans ce qui est déjà l’un des territoires les plus aménagés des Alpes. De nouveaux projets d’extension de domaines skiables et de liaisons inter-stations affectent également des paysages des Alpes italiennes encore intacts. D’ouest en est, au moins quatre projets menacent des zones qui ont conservé jusqu’ici une certaine naturalité.

Un projet de téléphérique est à l’étude dans la Vallée des Cimes Blanches, un espace naturel d’une beauté exceptionnelle situé entre Saint-Jacques-des-Allemands/I (Val d’Ayas) et Cervinia dans le Val d’Aoste. L’Alpe Devero dans le Piémont/I, une zone protégée au cœur d’un paysage alpin remarquable et haut-lieu de l’alpinisme et de la randonnée en été comme en hiver, est menacée par un grand projet prévoyant entre autres la construction d’une liaison par téléphérique avec la station San Domenico di Varzo. Une pétition contre le projet et pour la protection de l’Alpe Devero a déjà réuni 76 000 signatures. Dans le cadre de l’initiative « Ortler Ronda », la construction d’une nouvelle remontée mécanique et d’une nouvelle piste est prévue dans le Parc national du Stelvio/I. Une autre liaison inter-stations est en projet entre le Val Pusteria dans le Tyrol du Sud et le Comelico en Vénétie. Ce projet aurait des retombées économiques dérisoires pour le Comelico, mais générerait des coûts très élevés en matière d’enneigement artificiel.

L’association environnementale Legambiente a publié cette année sous le titre « Nevediversa 2019. Sport invernali e cambiamenti climatici » un dossier consacré aux sports d’hiver et au changement climatique, où elle aborde notamment ces projets, mais aussi les questions de la consommation énergétique et du coût de la neige artificielle, qui est souvent supporté par les pouvoirs publics. Dans sa newsletter de mars 2019, l’association Dislivelli propose également des informations détaillées sur les tendances du tourisme hivernal et sur la façon dont celui-ci est impacté par le changement climatique.

 

Sources et informations complémentaires :

www.repubblica.it/viaggi/2019/02/27/news/zermatt_cervinia_in_funivia_per_non_sciatori_dal_2020-220250107/ (it), www.legambiente.it/wp-content/uploads/Dossier-Nevediversa-2019.pdf (it), www.dislivelli.eu/blog/immagini/foto_marzo_2019/95_WEBMAGAZINE_marzo19.pdf (it), www.change.org/p/salviamo-l-alpe-devero-basta-costruire-impianti-pi%C3%B9-natura-per-tutti-presidente-regione-piemonte-it-regionepiemonte (it), www.tageszeitung.it/2019/02/21/nein-zum-glasturm/ (de),  www.altoadige.it/cronaca/cai-e-avs-no-alla-torre-del-coronelle-1.1917997 (it)