Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

Pourra-t-on sauver les abeilles ?

Les abeilles et la biodiversité végétale ne peuvent exister l’une sans l’autre. Les néonicotinoïdes et autres insecticides perturbent gravement cet écosystème sensible. © Monika Gstöhl

La Commission européenne discute l’utilisation des néonicotinoïdes. Ces insecticides puissants ont aussi un effet destructeur sur les abeilles.

La Commission européenne a décidé en 2013 de restreindre l’utilisation de pesticides de la famille des néonicotinoïdes pour lutter contre les nuisibles dans l’agriculture. Un nouveau projet législatif prévoit aujourd’hui une interdiction complète de l’utilisation de ces insecticides dans les champs. Des géants de la biochimie tels que BAYER CropScience et Syngenta ont contesté la décision devant la Cour de justice de l’UE. Pour eux, elle représente des milliards de pertes. Pour l’UE, il s’agit de préserver la biodiversité et l’avenir de son environnement naturel.

Les néonicotinoïdes comptent parmi les insecticides les plus employés dans le monde. Ils protègent les plantes des insectes nuisibles en les empoisonnant. Ces produits ont un impact particulièrement négatif sur les abeilles mellifères et sauvages. Cela va d’un léger affaiblissement des populations à la mort des pollinisateurs, comme le montre entre autres une étude de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

Le déclin des abeilles, voire la disparition complète de certaines espèces d’abeilles, a un impact sur la biodiversité. Jean-Daniel Charrière, directeur du Centre suisse de recherche apicole, le confirme : « La diversité de notre flore est tributaire de la diversité des pollinisateurs ». Les abeilles mellifères, les abeilles sauvages et autres pollinisateurs travaillent de façon complémentaire. « La diminution de la diversité des pollinisateurs peut à long terme affecter la diversité des espèces végétales », souligne Jean-Daniel Charrière.

Contrairement à ce qui se passe dans les plaines, les abeilles mellifères et sauvages semblent moins concernées par l’utilisation des néonicotinoïdes dans les régions de montagne, moins accessibles et moins touchées par l’agriculture intensive. Il n’existe pas encore d’étude approfondie sur la situation dans les Alpes, mais on suppose que d’autres menaces y pèsent sur les abeilles. Un grave problème est semble-t-il la difficulté croissante à trouver de la nourriture et des lieux de nidification adaptés en raison de l’urbanisation galopante et de la canalisation des cours d’eau.

 

Sources et informations :

www.euractiv.fr/section/plan-te/news/europe-poised-for-total-ban-on-bee-harming-pesticides  , www.wecf.eu/german/pressemeldungen/2017/Neonicotinoide-Verbot.php (de) , www.efsa.europa.eu/fr/topics/topic/bee-health