Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Point de vue : Une vallée du Rhin sans frontière

Wolfgang Pfefferkorn, chargé de mission de CIPRA International. © CIPRA

C’est l’une des conclusions de la conférence sur la mobilité organisée fin juin 2017 au Liechtenstein : la coopération est nécessaire au-delà des frontières. Dans une région comme la vallée du Rhin alpin sans centre urbain dominant, il est d’autant plus important de penser l’espace dans son ensemble, souligne Wolfgang Pfefferkorn, chargé de mission de CIPRA International.

La mobilité soutenable dans la zone frontalière et l’espace du lac de Constance était au cœur de la conférence sur la mobilité « Penser sans frontière – planifier sans frontière – agir sans frontière » organisée le 29 juin 2017 à Vaduz (Liechtenstein). Plus de 120 participants du Liechtenstein, d’Autriche, d’Allemagne et de Suisse avaient fait le déplacement, pour la plupart bien sûr en transports publics, comme l’a montré une enquête. Cela ne va pas de soi dans l’espace frontalier où la majorité des salariés continuent d’aller au travail en voiture particulière, avec toutes les conséquences que cela induit : embouteillages, bruit, pollution atmosphérique et émissions de gaz à effet de serre. Le trafic est étroitement lié à l’aménagement du territoire – et à la nécessité de dépasser les frontières géographiques, administratives et mentales.

Nous ne pourrons maîtriser les grands défis du développement territorial que si nous réussissons à voir, penser et comprendre cet espace comme un tout – pour l’organiser en commun. Ceci est valable dans la vallée du Rhin alpin, mais aussi dans d’autres régions frontalières des Alpes. À la différence d’agglomérations telles que celles de Grenoble (France) ou de Bâle (Suisse) constituées d’un noyau urbain avec sa périphérie, la vallée du Rhin est une agglomération composée de plusieurs centres de taille moyenne situés pour la plupart en situation périphérique, le cœur de l’espace étant occupé par de grands espaces libres, des aires protégées, des zones agricoles – et par le Rhin.

On n’a donc pas ici comme dans d’autres régions un acteur central qui s’efforce de mobiliser les autres acteurs pour résoudre ses propres problèmes : dans la vallée du Rhin, l’enjeu est de mutualiser les efforts des acteurs susceptibles de faire bouger les choses, par exemple les villes, les territoires , les opérateurs de transports ou d’autres parties intéressés, comme l’a souligné Markus Maibach, l’un des principaux intervenants de la conférence. Une opportunité se présentera dans les prochaines années dans le contexte des projets d’agglomération mis en place en Suisse : parallèlement au projet d’agglomération existant de Werdenberg-Liechtenstein, des communes suisses et autrichiennes du Canton de Saint-Gall et du Vorarlberg s’attachent actuellement à élaborer une stratégie commune pour le développement de l’urbanisme, des transports et des espaces libres.

Une question clé pour l’avenir de la région est et reste la mobilité. Sans la mise en place d’un axe de transport solide avec des liaisons rapides et performantes comme celles qui sont prévues dans le projet de liaison ferroviaire FL.A.CH. entre le Liechtenstein, l’Autriche et la Suisse, un développement territorial soutenable ne sera pas possible dans la région transfrontalière. Dans un contexte de réduction des dépenses publiques, des solutions doivent être trouvées pour gérer les transports collectifs de façon efficace, innovante et rentable. C’est ce que préconise la CIPRA dans un document de position intitulé «Vers une nouvelle culture de la mobilité soutenable ».


Sources et informations:

www.cipra.org/fr/cipra/international/projets/en-cours/migrations-journalieres-et-mobilite-durable-pemo , www.cipra.org/fr/positions/vers-une-nouvelle-culture-de-la-mobilite-soutenable