Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

Le tourisme de demain

Quelles actions pour le tourisme ? Table ronde avec Marius Risi, Therese Lehmann, Katharina Conradin, le conseiller d’État Jon Domenic Parolini, Marin Hug et le modérateur de la conférence David Spinnler (de gauche à droite) © Thomas Scheurer

De quoi sera fait l’avenir des régions touristiques ? Comment les centres touristiques peuvent-ils se développer dans une époque de changement ? La conférence de la Commission interacadémique suisse recherche alpine (ICAS) fin juin a éclairé la situation actuelle et ouvert le débat sur des solutions possibles.

 Les conditions touristiques sont en pleine mutation. Les régions dépendantes du tourisme doivent réagir à ces changements et sonder les perspectives d’avenir. Que faut-il faire aujourd’hui pour être armé pour le tourisme de demain ? C’est la question que s’est posée le 23 et le 24 juin un panel d’experts réuni dans le cadre de la conférence organisée par la Commission interacadémique suisse recherche alpine (ICAS) à Pontresina, dans la vallée suisse de l’Engadine.

Les experts étaient unanimes sur l’avenir des sports de neige, dont le rôle va selon eux continuer de décliner. Les investissements dans des infrastructures onéreuses doivent donc être planifiés à grande échelle en définissant les priorités, notamment dans les grandes stations de sports d’hiver. Katharina Conradin, Présidente de CIPRA International et participante à la table ronde, souligne que « le modèle actuel des sports d’hiver n’aura bientôt plus de sens dans de nombreux sites touristiques. » Les territoires concernés devraient à son sens mettre à profit cette crise pour chercher des alternatives soutenables, en développant par exemple les offres culturelles. Il est toutefois essentiel que ces offres ne soient pas basées sur une culture importée et un tourisme événementiel, mais développées à partir du patrimoine culturel et de la culture locale.

Thomas Scheurer, directeur de l’ICAS, s’est lui aussi exprimé dans ce sens : « Le développement touristique ne se limite pas à augmenter le nombre de touristes. » Selon lui, les sites touristiques doivent rester des lieux vivants et attractifs à la fois pour les touristes, les propriétaires de résidences secondaires et les résidents actifs. Pour cela, des processus de renouveau économiques et socio-culturels doivent être mis en place. Des initiatives prometteuses ont déjà été lancées. « Pour faire face à l’avenir, les destinations doivent engager une réflexion sur leurs valeurs et leurs potentiels et élaborer des stratégies holistiques », a souligné Katharina Conradin.


Sources et informations :

www.icas-tagung2017.alpinestudies.ch (de, it)

Mots-clés associés : , , ,