Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

Le Plan alpin bavarois est en danger

La modification du Plan alpin bavarois sur le Riedberger Horn créerait un précédent. © G. Blechschmidt

Le conflit autour du Riedberger Horn passe à l’étape suivante : les auditions vont se dérouler prochainement. Le Parlement de Bavière prendra ensuite une décision sur le Plan alpin et donc sur la liaison inter-stations sur le Riedberger Horn.

Le projet de construction d’une liaison entre les deux stations de Balderschwang et de Grasgehren en Oberallgäu/D via le Riedberger Horn est aussi vieux que le Plan alpin lui-même : 45 ans. Classé zone C dans le Plan alpin depuis 1972, le Riedberger Horn est protégé et ne peut être aménagé. La construction d’une liaison inter-stations sur le Riedberger Horn est donc interdite par la loi – pour le moment.

Dans le cadre d’une consultation publique réalisée dans les communes voisines d’Obermaiselstein und Balderschwang à l’automne 2016, 560 des 1092 personnes consultées se sont prononcées pour une modification du Plan alpin en faveur de la construction de la liaison. Pour le gouvernement de Bavière, une raison suffisante pour légitimer une modification du programme de développement régional valable dans toute la Bavière, avec la partie consacrée au Plan alpin. 0,001 % de la population bavaroise déciderait ainsi de la modification d’une loi valable dans l’ensemble du Land, et ainsi de l’avenir de l’espace alpin bavarois. Une enquête représentative réalisée dans toute la Bavière par la Ligue allemande pour la protection des oiseaux (membre de CIPRA Allemagne) a au contraire montré que 80 % de la population bavaroise rejetait la construction d’une nouvelle remontée sur le Riedberger Horn, et que plus de 90 % était favorable au maintien du Plan alpin.

Une modification du Plan alpin ne signifierait pas seulement la fin du tourisme proche de la nature sur le Riedberger Horn : elle créerait aussi un précédent, avec de lourdes conséquences pour le Plan alpin. Stefan Witty, directeur de CIPRA Allemagne, ne craint pas seulement la disparition d’une nature préservée et d’animaux menacés : « Le Plan alpin a jusqu’à présent assuré la paix sociale entre les communes. » Pour toutes les communes, la situation était jusqu’à présent claire : aucune extension de domaine skiable n’étant possible en Bavière, il n’était même pas la peine de penser à faire une demande dans ce sens. Cela a bien fonctionné jusqu’à présent et n’a pas empêché le développement touristique. « Si le Plan alpin est modifié, de nombreuses communes vont exiger l’extension des infrastructures touristiques et la concurrence va augmenter entre elles », déclare Stefan Witty.

Les organisations membres de CIPRA Allemagne étudient actuellement les possibilités juridiques pour empêcher l’amendement du Plan alpin et l’autorisation de la construction de la liaison inter-stations. La décision du parlement bavarois sera précédée de deux auditions publiques : une audition d’experts le 27 avril 2017 et une audition des parties le 22 juin. CIPRA Allemagne espère que la présence d’un grand nombre de personnes intéressées donnera plus de poids à son action.

 

Sources et informations :

www.lbv.de/unsere-arbeit/alpen/riedberger-horn.html (de) , www.sueddeutsche.de/bayern/skigebiet-kabinett-passt-strengste-alpenschutzzone-an-fuer-die-skischaukel-am-riedberger-horn-1.3440504 (de) , www.br.de/nachrichten/schwaben/inhalt/kabinett-riedberger-horn-104.html (de) , www.rettet-das-birkhuhn.de (de)

PDF: