Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Le col du Brenner, point noir du trafic de transit

Affluence record de poids-lourds sur le Brenner : quel trafic de transit peuvent supporter les Alpes ? © MartinPutz_wikimedia commons

En 2017, le col du Brenner a enregistré une fréquence record de passages de poids-lourds. Une fenêtre s’ouvre peut-être aujourd’hui pour tenter de trouver une solution.

2,25 millions de semi-remorques et de poids-lourds ont franchi en 2017 le col du Brenner entre l’Autriche et l’Italie. Un record absolu dans les Alpes, dont personne ne peut se vanter, hormis peut-être le lobby des transporteurs. Un lobby qui menace déjà l’Autriche de poursuites en dommages et intérêts en raison des retards occasionnés par la circulation par blocs (système « goutte-à-goutte »). En Allemagne, la conception d’une voie d’accès pour le futur tunnel ferroviaire de base du Brenner prend du retard, alors qu’on discute dans le même temps l’aménagement à six voies de l’autoroute jusqu’à la frontière autrichienne.

Le gouverneur du Tyrol, Günther Platter, vient d’attirer l’attention avec des paroles fortes. Dans le cadre d’une journée de débats sur l’avenir du Tyrol à Innsbruck début avril 2018, il s’est associé à l’initiative citoyenne ‘Forum du transit Autriche-Tyrol’ pour affirmer que les choses ne pouvaient pas continuer ainsi : « La liberté du trafic des marchandises s’arrête là où elle menace la santé de la population. » Depuis 2018, le Land autrichien du Tyrol exerce la présidence de la SUERA, la stratégie de l’Union européenne pour la région alpine.

Le président de CIPRA Autriche, Peter Hasslacher, n’est convaincu qu’à moitié par ces propos. Il se félicite certes que la thématique soit abordée, mais souligne qu’il ne pourra y avoir de solution sans mesures courageuses et difficiles. « Mais tant que les riverains de l’axe de transit, de Rosenheim à Vérone, ne mobiliseront pas leurs forces de concert, cela ne servira à rien. » Il identifie notamment un problème dans le fait que la présidence de la SUERA change tous les ans, déplaçant ainsi les intérêts en présence. « Le seul texte juridique qui oblige les États alpins et l’Union européenne à placer la santé des populations au-dessus de la libre circulation des marchandises est la Convention alpine. » Les régions et les États riverains auront l’occasion de faire le prochain pas dans cette direction lors du Sommet du transit à Bolzano/I le 12 juin.

 

Sources et informations complémentaires :

http://tirol.orf.at/news/stories/2888106/ (de), www.tirol.gv.at/meldungen/meldung/artikel/zukunftstag-2018/ (de), www.alpine-region.eu/ (en), www.stol.it/Artikel/Wirtschaft/Lokal/Brenner-Transit-Gipfel-findet-im-Juni-in-Bozen-statt (de), ww.tt.com/wirtschaft/wirtschaftspolitik/14046423-91/kritik-von-fr%C3%A4chter-chef-platter-bleibt-auf-konfrontationskurs.csp (de), www.tageszeitung.it/2018/04/14/platter-watscht-rom-ab/ (de), www.lastampa.it/2018/04/12/italia/cronache/troppi-tir-al-valico-del-brennero-laustria-impone-il-numero-chiuso-40vMaM940dpzIQXTicOGqJ/pagina.html (it)