Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

La chasse du loup évitée de justesse

16/03/2016
Pour certains, le loup est un symbole de la nature, pour d’autres un fléau qui doit être éradiqué. En Suisse, la suppression de son statut d’espèce protégée a pu être encore une fois évitée. En Autriche, le ministre de l’Environnement part en lutte contre les grands prédateurs.
Symbole de la nature ou de la cruauté ? Le retour du loup dans les Alpes suscite l’émotion. © Amt für Natur, Jagd und Fischerei
Image caption:
Symbole de la nature ou de la cruauté ? Le retour du loup dans les Alpes suscite l’émotion. © Amt für Natur, Jagd und Fischerei

Pour certains, le loup est un symbole de la nature, pour d’autres un fléau qui doit être éradiqué. En Suisse, la suppression de son statut d’espèce protégée a pu être encore une fois évitée. En Autriche, le ministre de l’Environnement part en lutte contre les grands prédateurs.

À cinq voix près, les parlementaires suisses ont bien failli autoriser la semaine dernière la chasse du loup toute l’année. Si le « oui » l’avait emporté, la Suisse aurait dû dénoncer la Convention de Berne, un traité international sur la protection des espèces. Or, le nouveau Concept Loup Suisse vient déjà tout juste d’affaiblir son statut de protection : les jeunes qui s’approchent régulièrement des zones habitées pourront être abattus. Une autorisation a déjà été donnée pour la meute du Calanda. Mais en raison de l’hiver chaud, les jeunes loups sont jusqu’à présent restés à distance des agglomérations.

En Italie aussi, la possibilité d’accorder des autorisations de tir exceptionnelles est discutée dans le cadre du nouveau plan de gestion du loup qui sera voté au printemps. WWF Italie a lancé une pétition contre ce projet. Jusqu’à présent, l’Italie était considérée comme un exemple en matière de cohabitation de l’homme et du loup ; les tirs étaient tabous. En Autriche, une déclaration du ministre de l’Environnement Andrä Rupprechter à l’occasion d’une table ronde fait des remous : selon le quotidien Pinzgauer Nachrichten, le ministre aurait déclaré être prêt à prendre un permis de chasse pour lutter contre la colonisation du territoire autrichien par les ours et les loups. Il serait également prêt à défendre cette position dans le cadre de la Convention alpine, dont l’Autriche prendra la présidence en automne. Le ministère essaie de limiter les dégâts : cette déclaration aurait été sortie de son contexte.

En France, où la résistance contre les loups a souvent fait la une des journaux, il existe aussi de bons exemples : la commune d’Auzet, membre du Réseau de communes Alliance dans les Alpes, teste de nouvelles méthodes pour protéger les troupeaux avec des guirlandes lumineuses. L’Allemagne essaie elle aussi de favoriser la cohabitation entre le loup et l’homme en créant un centre de documentation et de conseil sur le loup. Toutefois, la présence du loup a été encore rarement attestée dans les Alpes bavaroises.

Source et informations complémentaires :

http://www.bafu.admin.ch/biodiversitaet/13721/14385/14394/14413/index.html?lang=fr, www.wwf.it/lupo/soslupo (it), http://wwf.at/de/menu27/subartikel3613/ (de), www.lamarseillaise.fr/alpes/developpement-durable/46192-guirlandes-lumineuses-pour-idee-gadget, www.bfn.de/0401_2015.html?&cHash=c2f99fbd82d614e6ed6ba76d8ebab153&tx_ttnews[tt_news]=5720 (de)

Mots-clés associés : alpMedia 02/2016, Loup, Chasse, Grands predateurs