Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

L’overtourisme est arrivé dans les Alpes

À la recherche de clichés idylliques : des touristes au-dessus du lac de Hallstatt/A. (c) ivabalk, Pixabay

De plus en plus de touristes pour des séjours de plus en plus courts : la popularité de nombreux lieux et sites d’excursion des Alpes devient un problème pour la population locale et la nature. Les exemples se multiplient.

Depuis cet été, seules les personnes pouvant justifier d’une réservation dans un refuge ont accès à la voie normale vers le Mont Blanc. Toute personne ne respectant pas l’interdiction de camper dans ce site classé sera passible de deux ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende. La raison : chaque saison, plus de 20 000 personnes veulent gravir le plus haut sommet des Alpes, 4 810 mètres. En raison du manque d'expérience de visiteurs connaissant souvent mal le site, le Mont Blanc concentre plus de la moitié des accidents de montagne qui se produisent en France.

La commune de Hallstatt/A gagne plus d'argent chaque année  – 150 000 euros – avec ses toilettes publiques qu'avec l’impôt foncier. Un poste alimenté principalement par le million de touristes qui viennent photographier ce village de 800 âmes. La population locale ne peut pratiquement plus vivre normalement. Hallstatt est devenu célèbre grâce à une série télévisée coréenne. L’exacte réplique du village a été reproduite en Chine. En 2018, quelques 20 000 bus y ont fait étape. Aujourd’hui, la municipalité a décidé de limiter le nombre de bus autorisés à s’arrêter en introduisant un système de réservations et en augmentant la taxe sur les autocars de tourisme.

L'overtourisme est également un phénomène bien connu en Suisse, où la station touristique de Davos a supprimé sa carte d'hôte. Celle-ci permettait en été aux clients des hôtels d’utiliser gratuitement toutes les remontées mécaniques, aujourd’hui engorgées par l’afflux de touristes. Un autre exemple est le lac Palpuogna au col de l’Albula/CH, qui attire par beau temps jusqu’à un millier de personnes. Des gardes sont désormais chargés d'assurer l'ordre et d'informer les visiteurs.

A la recherche de la photo parfaite

Lorsque les phénomènes de surfréquentation touristique ont essentiellement un effet sur la société, on parle en général d’overtourisme, la notion de tourisme de masse faisant plutôt référence aux impacts environnementaux, explique Christian Baumgartner, professeur à l'Institut du tourisme et des loisirs à la Haute École technique et économique (HTW) de Coire/CH. Les photos postées sur les réseaux sociaux jouent un rôle majeur dans l’explosion de la fréquentation, explique le vice-président de CIPRA International. « L’afflux soudain de touristes retombe souvent aussi vite qu’il est venu », mais la population n’a que peu d’emprise sur ce phénomène. Douze recommandations pour un tourisme durable formulées dans le cadre de la conférence annuelle 2018 de la CIPRA livrent des pistes aux communes et aux responsables politiques pour améliorer la qualité de vie dans les destinations touristiques.

 

Sources et informations complémentaires :

www.nytimes.com/2019/07/26/travel/overcrowded-and-more-dangerous-mont-blanc-faces-a-crisis.html (en), www.traveller.com.au/overtourism-in-austria-the-european-village-tourists-have-turned-into-a-catastrophe-h1gyg2 (en), www.focus.de/reisen/oesterreich/focus-online-in-oesterreich-touristen-ueberrennen-alpen-dorf-jetzt-wehren-sich-die-einwohner-gegen-die-massen_id_11012088.html, www.suedostschweiz.ch/tourismus/2019-09-03/natur-pur-und-purer-massentourismus, www.suedostschweiz.ch/tourismus/2019-08-27/mit-gezielten-massnahmen-gegen-overtourism, https://de.wikipedia.org/wiki/Overtourism, www.sueddeutsche.de/politik/aktuelles-lexikon-uebertourismus-1.4514673   

Mots-clés associés : , , ,