Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

L’immigration supplante les naissances

Migration et démographie dans les Alpes : évolation de la population entre 2011 et 2015.

Pourquoi la population diminue-t-elle dans certaines régions alpines, alors qu’elle croît ailleurs ? Pourquoi les migrations jouent-elles un rôle central sur ces évolutions ?

Comme le montre la carte ESPON sur l’évolution de la population dans l’espace alpin entre 2011 et 2015, la population de nombreuses régions continuerait à diminuer s’il n’y avait pas d’immigration. Les tons de vert indiquent les zones de croissance alors que les tons de jaune et de rouge marquent les zones de baisse démographique. La région frontalière entre l’Italie et la France, en vert pâle, montre un solde naturel négatif, c’est-à-dire moins de naissances que de décès. L’immigration permet toutefois de maintenir la population à un niveau stable.

Ce n’est pas le cas dans les régions alpines du Sud-Est de l’Autriche, où la population diminue nettement. Hormis dans les zones de concentration urbaine, les émigrants sont plus nombreux que les immigrants. De telles zones, où le solde naturel est également négatif, sont colorées en rouge foncé. La carte révèle que, dans de nombreux territoires des Alpes, la croissance démographique repose fortement sur l’immigration. Les plus appréciés sont les secteurs urbains et ceux situés le long des principaux axes de circulation. Dans les territoires isolés – en particulier là où il n’y a guère de tourisme –, l’immigration ne suffit pas à compenser le survieillissement et la diminution de la population active.

 

Michael Gams, CIPRA International

Mots-clés associés : ,