Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Flash mobs pour les rivières

L'une des 100 mobilisations éclair organisées fin janvier en Italie s'est déroulée sur les rives du torrent de Saint Barthélémy (Vallée d’Aoste). © Legambiente

Près de 100 mobilisations éclair ont eu lieu fin janvier 2020 dans toute l’Italie pour protester contre la surexploitation des cours d’eau et de leurs écosystèmes. La résistance contre les projets de centrales hydrauliques s’amplifie également dans d’autres pays alpins.

L’Italie est l’un des plus grands producteurs d’énergie hydraulique d’Europe. Plus de 2 000 projets de centrales hydrauliques y ont été approuvés au cours des dix dernières années. Les microcentrales, en particulier, sont construites essentiellement en montagne dans des territoires protégés, et dérogent ainsi à la Directive-cadre européenne sur l’eau. L’Union européenne a donc lancé une procédure d’infraction contre l’Italie.

Le 25 janvier 2020, de nombreuses personnes ont répondu à l'appel de 18 organisations environnementales, et ont participé à des mobilisations éclairs dans 100 lieux différents le long de cours d’eau, afin de protester contre la construction de nouvelles centrales hydrauliques et contre la menace qu'elles font peser sur les écosystèmes. Les participants à ces rassemblements demandent au Ministre de l’Environnement Sergio Costa le respect de la Directive-cadre européenne sur l’eau. Les défenseurs de l’environnement, les pêcheurs et les kayakistes s’inquiètent en particulier du nouveau décret sur les énergies renouvelables (rinnovabili FER) qui vient d’être promulgué en Italie. Ce texte prévoit des subventions pour la construction de centrales hydrauliques le long de cours d’eau naturels, ainsi que le maintien des aides financières accordées aux centrales, y compris lorsqu’elles contreviennent à la Directive-cadre sur l’eau.

Des initiatives nécessaires

Dans la Suisse voisine, un camp a été organisé en été 2019 pour protester contre la construction d’un barrage au pied du glacier du Trift, un géant menacé par la fonte des glaces. Dans les Alpes slovènes, la cinquième édition de la « Balkan Rivers Tour », une manifestation dédiée à la protection des dernières rivières intactes, aura lieu en été 2020. Selon Barbara Wülser, co-directrice de CIPRA International, de telles initiatives sont nécessaires pour attirer l’attention du public sur la protection de la précieuse ressource en eau. « Nous ne pouvons pas accepter que sous le couvert de la protection du climat ou de l’adaptation au changement climatique, les dernières rivières intactes soit aménagées ou impactées par des prélèvements d’eau excessifs. » En 1984, la mobilisation contre la construction d’une centrale hydroélectrique sur le Danube à Hainburg/A avait été un plein succès. Aujourd’hui, la forêt alluviale de Hainburg fait partie du Parc national Donau-Auen et abrite plus de 5 000 espèces animales et végétales.

 

Sources et informations complémentaires :

www.legambiente.it/la-protesta-dei-pesci-di-fiume/ (it), www.ilfriuli.it/articolo/politica/anche-in-friuli-la-protesta-dei-pesci-di-fiume/3/213722 (it) www.derstandard.at/story/2000111773863/niederoesterreich-familienausflug-zum-ursprung-der-oekobewegung (de), www.cipra.org/fr/nouveautes/quand-le-paysage-est-source-d2019emotions, https://balkanriverdefence.org (en)