Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Exploiter ou laisser péricliter ?

Les chemins de fer historiques comme la ligne Coni-Nice représentent un important potentiel touristique. © Antonio Mattinetti / flickr.com

Les chemins de fer historiques comme la ligne Coni-Nice représentent un important potentiel touristique. © Antonio Mattinetti / flickr.com

Des milliards d’euros sont aujourd’hui insufflés dans de nouveaux projets ferroviaires transalpins. Dans le même temps, des lignes historiques menacent d’être fermées. Une offre adaptée à la demande pourrait attirer de nouveaux usagers.

Depuis Noël, les trains ne circulent plus entre Aoste et Pré St. Didier, dans les Alpes occidentales italiennes. Pour maintenir le service sur cette ligne de 31 kilomètres inaugurée en 1929, des investissements seraient nécessaires. Ni la Vallée d’Aoste, ni les chemins de fer italiens RFI ne sont prêts à financer ces travaux. La raison invoquée : trop peu de passagers. Pour Annibale Salsa, anthropologue et éminent connaisseur des Alpes, la ligne ne doit pas être fermée, mais prolongée : « une offre adaptée aux besoins de notre époque pourrait attirer de nouveaux usagers ». Le prolongement de la ligne jusqu’à Courmayeur avec la desserte directe de la gare du téléphérique du Mont Blanc serait la « cerise sur le gâteau » et permettrait de générer une valeur ajoutée décisive pour l’offre touristique de la vallée.

Une autre ligne ferroviaire risque de connaître le même sort : la ligne Coni-Nice. La revue allemande « Hörzu » l’a classée parmi les dix plus belles lignes de chemin de fer du monde. La liaison n’a pas encore été supprimée, mais la fréquence des trains a été fortement réduite. Conformément à un accord passé entre la France et l’Italie, les travaux de maintenance nécessaires devraient être financés en majeure partie par l’Italie. L’accord devrait être renégocié, et la France serait prête à le faire. Malgré tout, les négociations piétinent.

Certains chemins de fer ont étoffé leurs offres et augmenté leur fréquence, proposant ainsi une véritable alternative à la voiture particulière. C’est le cas notamment dans le Val Pusteria ou dans le Val Venosta dans le Tyrol du Sud où les lignes ont été remises à neuf et sont devenues des modèles en matière de déplacements domicile-travail et de transport des touristes.

En Slovénie aussi, le rôle de la voie ferrée pour le transport soutenable des personnes est mis en avant. CIPRA Slovénie organise avec d’autres partenaires le 11 mai 2016 à Borovnica une conférence qui permettra de discuter entre autres des solutions intégrées pour les déplacements en train et à vélo.

 

Source et informations complémentaires : www.lastampa.it/2015/12/24/edizioni/aosta/il-capolinea-dellaostaprstdidier-ma-in-altre-localit-alpine-il-treno-oggetto-di-culto-8wQuNsjhGrUbBmDaeVFfVK/pagina.html  (it), www.lastampa.it/2016/02/15/edizioni/cuneo/ferrovia-torinocuneonizza-fra-le-dieci-pi-belle-del-mondo-jc7TfUmMDhxHZAV4q2rgFK/pagina.html (it), www.italyrivieralps.com/de/2016/02/22/category/schede/read-more/argomenti/places-of-interest/articolo/turin-cuneo-nizza-bahn-zwischen-den-schoensten-in-der-welt.html (de), www.targatocn.it/2015/12/28/leggi-notizia/argomenti/attualita/articolo/quale-futuro-per-la-cuneo-nizza-se-lo-chiede-il-comitato-ferrovie-locali-di-cuneo.html (it), www.ferroviavalvenosta.it/it/555.asp (de, it, en), www.cipra.org/sl/prireditve/vlak-in-kolo-2013-alternativa-za-trajnostno-mobilnost-v-sloveniji (sl)

Mots-clés associés : , , ,