Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Exploiter la forêt de façon plus soutenable

L’exploitation soutenable de la forêt devrait prendre en compte la quantité de bois prélevée, mais aussi d’autres facteurs tels que les routes d’accès ou la demande énergétique. © CIPRA International

L’exploitation soutenable de la forêt devrait prendre en compte la quantité de bois prélevée, mais aussi d’autres facteurs tels que les routes d’accès ou la demande énergétique. © CIPRA International

Les territoires italiens des Alpes ont signé un accord pour l’exploitation soutenable de la biomasse. Il reste maintenant à l’appliquer.

L’accord signé le 26 février 2016 prévoit que le taux annuel moyen des prélèvements de bois devra être inférieur à la quantité de bois produite par les forêts chaque année. Les territoires italiens des Alpes veulent ainsi optimiser les coupes de bois en tenant compte à la fois des exigences économiques et des nécessités environnementales. La récolte de bois est utilisée en majeure partie pour la production d’énergie.

Dans la filière bois-énergie, un prélèvement de bois est considéré comme soutenable s’il est inférieur à la quantité de bois qui repousse. Mais dans la pratique, cette notion n’est pas suffisante. Des facteurs économiques comme l’offre et la demande d’énergie sur un territoire ou la sensibilité écologique de ce territoire devraient également être pris en compte, ce qui est rarement le cas.

Le projet recharge.green a étudié comment rendre la production d’énergie plus soutenable en utilisant des matières premières renouvelables. Plusieurs territoires pilotes ont analysé les conflits potentiels entre la production d’énergie renouvelable et le maintien de la biodiversité et des services écosystémiques. Un logiciel développé dans le cadre du projet permet de cartographier les territoires et de définir leurs potentiels en termes d’utilisation des énergies renouvelables dans le respect de l’environnement. Ce logiciel permet de supporter et de piloter les processus de décision au niveau local en les fondant sur des bases scientifiques. La CIPRA a participé au développement du projet et était en charge de la communication et de l’organisation des conférences.