Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

Construire à l’infini ?

Les grands chantiers pourront-ils à l’avenir être lancés plus rapidement en Autriche ? © Lois Hechenblaikner

Qu’il s’agisse de grands projets de construction ou de l’aménagement de zones situées dans des espaces protégées – quelques pays alpins comme l’Autriche et la Suisse veulent accélérer les procédures.

En Autriche, seuls 3 % environ de tous les projets soumis à une étude d’impact sur l’environnement (EIE) sont actuellement refusés. À partir de 2019, les procédures d’EIE pourraient être simplifiées et accélérées. La « loi sur le développement de l’économie » devra permettre de classer certains grands projets de construction soumis à une EIE comme étant particulièrement importants pour l’économie autrichienne, et d’accélérer ainsi leur mise en œuvre sans attendre la fin des procédures d’autorisation. Le projet de loi prévoit qu’un projet de construction pourrait être déclaré important pour l’économie autrichienne lorsqu’il présente un intérêt public particulier. La décision serait prise par le gouvernement fédéral, sans passer devant le Parlement ni consulter l’opinion publique.

Des critiques s’élèvent de tous côtés. Des citoyen·ne·s, des ONG, mais aussi les gouvernements de certains Länder autrichiens montent au créneau contre ce projet de loi à leurs yeux inacceptable. Une telle loi contredirait selon eux la Constitution autrichienne, la directive EIE de l’UE et la Convention alpine. Reinhard Gschöpf, directeur de CIPRA Autriche, met en garde contre d’éventuels effets transfrontaliers : « Un tel affaiblissement des droits environnementaux et des droits des personnes concernées initié par l’Autriche aurait des conséquences dramatiques pour la région alpine. » En Suisse, une révision de la loi sur la protection de la nature et du paysage est actuellement à l’étude. Les nouvelles dispositions permettraient de contourner plus facilement le statut de protection de certains paysages et espaces naturels protégés au niveau national, et d’autoriser des constructions supplémentaires dans ces zones protégées.

Présenter des alternatives

Aujourd’hui, la population alpine occupe trois fois plus d’espace qu’il y a 50 ans. Les pays alpins ont besoin de stratégies pour une utilisation économe du foncier. La course aux installations doit être freinée en urgence. Un « recyclage » ingénieux de terrains déjà bâtis, pour leur allouer un nouvel usage, offre des possibilités intéressantes. La densification urbaine et l’utilisation maximale du potentiel de chaque terrain, notamment en relevant la hauteur des bâtiments, sont d’autres solutions pour économiser la ressource foncière et limiter le nombre de grands projets.

 

Sources et informations complémentaires :

www.umweltbundesamt.at/umweltsituation/uvpsup/uvpoesterreich1/uvpdatenbank/uvpstatistik (de), www.parlament.gv.at/PAKT/VHG/XXVI/ME/ME_00067/index.shtml (de), www.umweltdachverband.at/inhalt/umweltdachverband-standortentwicklungsgesetz-ist-der-groesste-gesetzesunfug-der-2-republik?ref=89 (de), www.sn.at/salzburg/politik/standortentwicklungsgesetz-umweltlandesrat-spricht-von-massivstem-rueckschritt-38901490 (de), www.vol.at/heftige-kritik-am-geplanten-standortentwicklungsgesetz/5898143 (de), https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX%3A32014L0052, http://www.alpconv.org/fr/convention/protocols/default.html, www.bernerzeitung.ch/schweiz/standard/Es-drohen-Seilbahnen-Parkplaetze-und-Funparks-in-Schutzgebieten/story/11957254 (de), https://www.wwf.ch/fr/medias/le-wwf-dit-non-aux-constructions-dans-les-reserves-naturelles-les-plus-precieuses-de-suisse