Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Le Parc national en discussion

Parc national de la Vanoise : la nouvelle charte doit renforcer la solidarité entre le Parc et les communes. © Matthieu LIENHART/flickr.com

Le Parc national de la Vanoise a une nouvelle charte. Élus, représentants de l'administration et acteurs de la société civile y ont travaillé pendant plus de cinq ans. Les organisations environnementales soutiennent le document, mais critiquent sa faible force d'impact. Malgré tout, les communes refusent - pour l'instant - d'adhérer à la charte.
Les 240 pages de la nouvelle charte sont l'objet de la discorde. Par une loi de 2006, le gouvernement français avait décidé de renforcer la gouvernance des parcs nationaux. Les 29 communes du Parc de la Vanoise, le plus ancien Parc National français, étaient donc appelées à rédiger une nouvelle charte, en concertation avec les représentants des administrations, les élus, les associations de protection de l'environnement et le personnel du parc. En mars dernier, le conseil d'administration du parc, composé en majorité de représentants des communes, a décidé de valider le document. Au printemps prochain, chaque commune devra se prononcer sur son adhésion à la charte. La plupart d'entre elles ont déjà annoncé qu'elles ne signeraient pas le texte.

Une plus grande participation des communes
Le Parc national aura cinquante ans l'année prochaine. Dès le début, le cœur du parc a fait l'objet d'une réglementation spéciale, ce qui n'était pas le cas des zones périphériques, baptisées " aire d'adhésion " par la loi de 2006. La charte du Parc devra permettre une coopération durable entre les communes et servir à la définition des priorités communes. Selon Emmanuel Michau, directeur du Parc National de la Vanoise, le lien de solidarité entre le cœur du parc et les communes de la zone d'adhésion est primordial. Si les communes ne signent pas la charte, le parc n'aura pas de compétences pour les territoires communaux. Autrement dit : pas de soutien, pas de projets, pas d'argent. " Ce serait un pas en arrière et nous devrions alors travailler avec un programme d'actions ponctuelles ". Pour certains, ce serait une bonne nouvelle, car ils craignent des entraves au développement touristique et une ingérence dans les plans d'urbanisme : de grandes stations de ski sont situées en bordure du Parc.

Une charte trop frileuse
Les associations de protection de l'environnement critiquent les élus. Elles soulignent que les communes elles-mêmes ont contribué à la rédaction de la charte, et que tous les aspects conflictuels et visionnaires ont déjà été gommés du texte pendant de longues et difficiles négociations. " La charte doit être un instrument de développement des territoires protégés et répondre à leur vocation particulière ", déclare Vincent Neirinck de Mountain Wilderness France.
Dans un premier temps, les citoyens ont le dernier mot : en à peine 2 semaines, près de 6000 personnes de toute la France ont signé une pétition en ligne. Dans leur appel, ils demandent aux communes d'adhérer à la charte. Fin décembre, les habitants du parc seront consultés dans le cadre d'une enquête publique. " Le parc national appartient à tous ", déclare Emmanuel Michau. " Il est important que les citoyens expriment leur avis. "
Source et informations complémentaires : www.avaaz.org/fr/petition/Appel_pour_la, www.ledauphine.com/savoie/2012/10/09, http://charte.parcnational-vanoise.fr
Mots-clés associés : ,