Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Les régions alpines exigent une stratégie commune

Lever du soleil sur la ville de Berne/CH, avec les Alpes à l'horizon. Une macro-région alpine intégrerait des régions entières avec leurs métropoles situées à la périphérie des Alpes. © mafa/ pixelio.de

La Conférence des Régions alpines a adopté un document d'initiative en faveur du développement d'une stratégie macro-régionale pour les Alpes. Selon cette déclaration, l'enjeu est avant tout de renforcer l'innovation et la force économique dans un environnement intact, et de favoriser la coopération et la mutualisation des ressources financières. La grande absente du texte : la Convention alpine.
L'Espace alpin doit avoir plus de poids à Bruxelles. De nombreux acteurs discutent donc dans les Alpes l'opportunité d'une stratégie macro-régionale. Les régions alpines aussi : deux mois avant la Conférence alpine, elles ont concrétisé leurs idées.

Nouvelle solidarité entre les Alpes et les métropoles, les gouvernements et les organisations
Pour les régions, une macro-région est avant tout destinée à renforcer l'innovation et la compétitivité dans les Alpes. Les autres priorités thématiques sont l'eau, l'énergie, l'environnement et le climat, mais aussi la mobilité et les transports transalpins. Cette stratégie pour l'Espace alpin doit " intégrer les préoccupations des territoires de montagne proprement dit, mais aussi les interactions entre les territoires de montagnes et les métropoles environnantes ". Le développement durable dans les Alpes a besoin de cette solidarité entre les acteurs de l'Arc alpin et des métropoles, souligne Dominik Siegrist, Président de la CIPRA. Fait notable, les régions invitent leurs gouvernements à intégrer étroitement les organisations et les réseaux de l'espace alpin dans l'élaboration et la mise en œuvre d'une stratégie macro-régionale.

Pas de place pour la Convention alpine ?
Ce que les régions ne disent pas est aussi important : la Convention alpine n'est pas citée une seule fois sur les 25 pages du document final. Elle ne joue aussi qu'un rôle secondaire dans la résolution : les régions se félicitent que les parties contractantes de la Convention aient l'intention, lors de la prochaine Conférence alpine, de prendre des décisions sur leur propre contribution à une stratégie macro-régionale, et les invite au dialogue. Les régions ont-elles l'intention d'enterrer la Convention ? La liste des atouts de la macro-région se lit entre les lignes comme une énumération des insuffisances des mécanismes et des institutions de la Convention alpine : une macro-région offrirait un cadre pour une coopération de tous les niveaux de gouvernance et de toutes les organisations dans l'Espace alpin. Elle faciliterait aussi la coopération entre les membres de l'UE et la Suisse, le Liechtenstein et Monaco. Dans le débat sur une stratégie macro-régionale pour les Alpes, certains acteurs comme la CIPRA affirment que les objectifs de la Convention alpine sont plus que jamais indispensables : " Les contenus de la Convention alpine en font un traité irremplaçable ", déclare Dominik Siegrist. " Les acquis de la Convention doivent devenir un standard minimum pour la protection et le développement durable d'une région alpine élargie. "
Source, informations complémentaires et position de la CIPRA :
http://it.argealp.org/stampa-pubblicazioni (it), www.cipra.org/fr/presse
Mots-clés associés : ,