Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Des ministres des Transports à la vue courte

Camions en ferroutage : l'offre est là, mais il manque la volonté politique. © gemeinfrei/www.bmvbs.de

Le nombre de poids lourds sur les autoroutes déterminera à l'avenir le montant des péages : c'est ce qu'ont décidé les ministres des Transports des pays alpins. Mais une politique efficace de transfert modal de la route vers le rail se définit autrement, selon l'Initiative des Alpes.
Début mai, les ministres des Transports des pays alpins ont décidé d'adopter " Toll+ ", un système de péage routier différencié en fonction de l'heure, pour régler le problème du transit dans les Alpes. Le principe : le montant des péages augmente aux heures de pointe. Par rapport à d'autres instruments comme la bourse du transit alpin, les obstacles juridiques sont moins nombreux, argumentent les ministres des Transports dans leurs " Conclusions de Leipzig ". Selon l'Initiative des Alpes, l'impact de " Toll+ " sur le transfert modal est aussi plus faible : les taxes ne sont pas suffisantes pour délester la route et encourager le transport du fret par le rail. Cela ne ferait donc que retarder encore le transfert du trafic de la route vers le rail. Les ministres veulent introduire un instrument de gestion du trafic poids lourds dans les Alpes au plus tôt en 2025. Autrement dit : les ministres des Transports ont décidé à Leipzig de ne pas prendre de décision.
Plusieurs régions alpines ont exigé fin 2011 dans le cadre du projet iMonitraf! la mise en place d'une bourse du transit alpin. La conclusion d'une étude réalisée dans le cadre du projet est que la bourse du transit alpin est l'instrument le plus efficace pour le transfert du trafic de la route vers le rail.
Sources et informations complémentaires:
www.alpeninitiative.ch/web/alpeninitiative, www.news.admin.ch/NSBSubscriber/message (en), www.alpentransitboerse.ch/web, www.alpentransitboerse.ch/web