Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Mégaprojets - la bourse ou la vie ?

A quoi servent les grands projets dans les Alpes ?

A quoi servent les grands projets dans les Alpes ? © Michael Prachensky

Un complexe touristique luxueux à Andermatt/CH, une deuxième autoroute entre Genève/CH et Annecy/F et les Jeux olympiques à Turin/I. Dans sa revue thématique " Alpenscène ", la CIPRA s'interroge sur la finalité de ces grands projets : pourquoi de telles constructions ? Qui en profite ? Et qu'est-on prêt à accepter pour qu'elles soient réalisées ?
Alpenscène montre, en s'appuyant sur des mégaprojets dans le domaine des transports, du tourisme et du sport, que ces chantiers ont d'énormes répercussions. Plus la dimension d'un projet est grande, plus la pression politique et économique qui s'exerçe lors de sa réalisation est forte. Le spécialiste autrichien des transports Hermann Knoflacher évoque dans un entretien l'influence que peuvent exercer les énormes commissions sur les décisions relatives à des projets d'infrastructure. Les Alpes, pour résoudre leurs problèmes de transport, n'ont pas besoin de nouveaux tunnels et de nouvelles routes mais de meilleurs instruments de gestion tels que la bourse du transit alpin. Tel est du moins l'argument avancé par le Suisse Toni Aschwanden de l'Initiative des Alpes et par Pierre Moreau de CIPRA France.
Et que va-t-il advenir d'une vallée qui a perdu son principal employeur, et dans laquelle un millionnaire souhaite à présent construire des hôtels et des complexes sportifs moyennant d'importants moyens financiers ? L'engagement de l'investisseur égyptien Samih Sawiris est censé créer des emplois à Andermatt/CH. Ce faisant, il créera aussi de nouvelles dépendances. Francesco Pastorelli de CIPRA Italie fait quant à lui le bilan des Jeux olympiques d'hiver de 2006. Selon lui, il n'en reste rien, si ce n'est les imposants coûts d'exploitation des installations sportives qui grèvent les budgets des communes de montagne entourant Turin/I.
Helmuth Moroder, vice-président de CIPRA International, montre quant à lui que les grands projets peuvent être réussis et invite à davantage de courage pour les mettre sur rails. Selon lui, la durabilité " exige de nous le courage d'oser le progrès. Non pas aveuglément, mais en restant vigilants sur les conséquences sociales, économiques et écologiques. C'est la grandeur d'esprit que les générations futures attendent de nous. "
La revue thématique de la CIPRA " Alpenscène " paraît deux fois par an. Elle peut être commandée gratuitement sur www.cipra.org/alpenscene. Tous les numéros peuvent également être téléchargés.
Source : CIPRA International