Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

Une vision énergétique pour les Alpes - Un changement de paradigme s'impose

énergie solaire

Elément nouveau dans le paysage : l’énergie solaire avance © Rainer Sturm/Pixelio

Si nous voulons réduire le réchauffement climatique à un niveau supportable, il nous faudra pratiquement renoncer aux énergies fossiles d'ici 2050. Il n'y a pas d'autres voies possibles que la réduction massive de la consommation d'énergie, la hausse de l'efficience énergétique et le développement des sources d'énergie renouvelables.
Le recours aux énergies fossiles telles que le pétrole, le gaz ou le charbon est l'une des principales causes du changement climatique, dont nous sommes tous responsables. Dans les Alpes, la consommation d'énergie a presque doublé depuis 1970. L'espace alpin contribue donc fortement à l'effet de serre.
L'accroissement de la consommation énergétique est toutefois allé de pair avec l'utilisation accrue de sources d'énergie économes en rejets de CO2 : gaz naturel, électricité, biomasse et réseau de chaleur. Proportionnellement, chaque unité d'énergie consommée émet donc aujourd'hui moins de gaz à effet de serre que dans les années 1970. Mais cette progression de l'efficacité énergétique a été plus que compensée par la hausse de la consommation. Si l'on veut que la vision énergétique pour les Alpes devienne réalité, il ne suffit plus d'améliorer l'efficacité du système énergétique. Nous devons réduire notre consommation réelle !

Des effets secondaires indésirables
Pour remettre d'aplomb notre bilan énergétique et le stabiliser à long terme, nous devons non seulement augmenter l'efficience énergétique et restreindre notre consommation, mais aussi utiliser des énergies renouvelables. L'espace alpin peut produire de l'énergie hydraulique, éolienne et solaire, et de l'énergie tirée de la biomasse. L'exploitation de ces sources d'énergie a un impact positif sur l'emploi, car la richesse générée reste dans la région. Elle diminue, de surcroît, la dépendance par rapport à des importations souvent hasardeuses, et augmente ainsi la sécurité d'approvisionnement.
Pourtant, même les sources d'énergie renouvelables telles que la biomasse et les énergies hydraulique ou éolienne peuvent avoir des répercussions négatives sur les écosystèmes et les paysages : les forêts destinées exclusivement à la production d'énergie sont exploitées de manière intensive, et leur valorisation produit également du CO2. Les barrages au fil de l'eau empêchent les poissons de remonter les cours d'eau pour frayer ; et les oiseaux migrateurs sont perturbés dans leurs migrations par les éoliennes. L'exploitation des énergies renouvelables à tout prix n'est donc pas une solution. Il faut des solutions adaptées à chaque site, et un examen sévère de leur impact écologique et social.

Energie de proximité
Les énergies renouvelables étant généralement produites de facon décentralisée, l'approvisionnement énergétique doit, lui aussi, se décentraliser. Ceci exige un changement de paradigme, aussi bien dans la production de l'énergie que dans l'approvisionnement : de petites unités de production, organisées et gérées localement, prennent le relais des compagnies d'approvisionnement nationales et des groupes internationaux ; les responsabilités et les compétences décisionnelles sont déléguées dans les régions.
Toutefois, la transformation du secteur énergétique ne suffit pas à elle seule pour réaliser la vision climatique des Alpes. Il faut des mesures complémentaires. Nous devons, par le biais d'une réforme fiscale socio-écologique, imposer plus lourdement les processus de production industrielle gourmands en ressources épuisables et sources de nuisances climatiques. Par contre, le facteur travail doit être moins imposé qu'aujourd'hui. Nous devons parvenir à une organisation de l'espace économe en transports, et donc en énergie. Dernier point, mais non des moindres : il n'est plus question de mesurer notre qualité de vie uniquement à l'aune de la croissance économique. Sans un environnement intact, sans justice sociale ni liberté de choix, les meilleurs pronostics de croissance ne sont pas un gage de bonheur.


Comment réaliser une vision énergétique pour les Alpes ?
La CIPRA présente les résultats du projet climatique " cc.alps " dans des dossiers thématiques intitulés " compacts ". Le " compact " CIPRA consacré à l'énergie présente les premières mesures à prendre pour passer à un système énergétique climatiquement neutre et durable dans les Alpes, et donne des exemples de réalisation concrètes, comme l'approvisionnement en énergie durable de l'Achental/D, le réseau de chaleur de Toblach/I au Tyrol du Sud ou l'" école de l'énergie " de Haute-Bavière/D.
www.cipra.org/cc.alps-compacts