Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

CasaClima - un projet qui fait école - Le Tyrol du Sud : un modèle pour la certification des bâtiments

CIPRA Info Best Practice KlimaHaus

Si l’hôtel de ville de St. Lorenzen dans le Tyrol du Sud était chauffé au mazout, un demi-litre suffirait par mètre carré. Le bâtiment a reçu à ce titre le label CasaClima Oro. D'autres constructions ont besoin d’une quantité de chauffage dix fois supérieure, voire plus. © Georg Hofer

L'idée de KlimaHaus/CasaClima (maison climatique) est née il y a six ans dans l'administration de la province de Bolzano. Ce système de certification est désormais devenu, dans toute l'Italie, synonyme de construction efficiente sur le plan énergétique. Un bâtiment sera classé " CasaClima " non pas en raison de son mode de construction mais parce que ses besoins en énergie de chauffage sont suffisamment bas. Un système de calcul ingénieux permet de déterminer ce niveau.
Norbert Lantschner suit avec satisfaction le développement du projet CasaClima dont il avait pris l'initiative en 2002 alors qu'il était à la tête du service de la qualité de l'air et des nuisances sonores de la province autonome de Bolzano (Italie). " Nous avons lancé le bon thème au bon moment " pense le directeur actuel de l'agence CasaClima du Tyrol du Sud. " Nous étions parmi les premiers à appliquer la directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments " poursuit M. Lantschner. Aujourd'hui, d'après lui, ce standard a fait d'eux une référence au niveau international.
Pourtant le projet avait commencé très discrètement : le service public avait réussi à convaincre quelques maîtres d'ouvrage de soumettre leur nouvelle construction à un processus de certification. La délivrance du certificat de performance énergétique n'était pas basée comme d'habitude sur une simple évaluation des caractéristiques physiques du bâtiment, mais, pour la première fois au Tyrol du Sud, un service indépendant était chargé de garantir, au moyen de contrôles précis pendant la phase de construction, que les besoins réels en énergie correspondaient à la valeur estimée.
Le succès du projet fut assuré par la population qui appliqua de plein gré les normes prescrites par CasaClima. L'image positive véhiculée par les maisons climatiques certifiées suffit à convaincre les maîtres d'ouvrage d'adopter un mode de construction économe en énergie. Il n'y eut besoin, ni d'incitations financières de la part de l'administration publique, ni de normes juridiques pour assurer le succès du projet.

Un projet gagnant
Les effets positifs d'une maison climatique profitent, en fin de compte, à tous ceux et celles qui s'y sont impliqués. Les maîtres d'ouvrage ou les occupant(e)s y gagnent en prestige, profitent des économies d'énergie et des faibles coûts de chauffage ainsi que de la plus-value sur le bien immobilier certifié. Les concepteurs et les bâtisseurs ont des clients plus satisfaits grâce à l'efficience énergétique accrue, et l'environnement bénéficie de la réduction des émissions de gaz nocifs à effet de serre. Confort de l'habitat et économies d'énergie conjugués font de ce nouveau label un projet " gagnant ".
En outre, le projet CasaClima a un effet multiplicateur grâce à l'approche pratique adoptée dans la recherche de solutions. Le standard CasaClima peut être appliqué partout, car il n'impose aucun style de construction ni autres conditions restrictives. Toutes les formes architecturales sont possibles : depuis la ferme traditionnelle jusqu'à l'ensemble de bureaux moderne, tout bâtiment peut être classé dans l'une des trois catégories énergétiques de CasaClima.

Médiatiser les économies d'énergie
Le fondement de CasaClima et de son succès, c'est la communication vers l'extérieur. La notion complexe d'efficience énergétique est rendue accessible aux consommateurs au moyen de représentations graphiques simples, inspirées de celles utilisées pour les appareils électroménagers. La mise en scène médiatique des économies d'énergie et du label est également très innovante. Les plaques apposées sur les façades des bâtiments certifiés servent de publicité pour
CasaClima. Elles soulignent le fait que tel ou tel bâtiment a optimisé son efficience énergétique et renforcent l'image positive des maisons climatiques, ouvrant ainsi la voie aux imitations.
En outre, un concours récompense chaque année les CasaClima les meilleures en termes énergétiques et écologiques. Ce système a permis dès le départ une meilleure acceptation par la population et facilité l'introduction de classes énergétiques juridiquement reconnues dans les communes du Tyrol du Sud.

Plus de 1 000 CasaClima
A l'heure actuelle, plus de 1 000 bâtiments ont obtenu la certification CasaClima. Ensemble, ils économisent environ 6 000 tonnes de CO2 par an. Outre cet effet positif sur la protection du climat, le projet a atteint une véritable dimension macroéconomique. La certification relance l'artisanat et l'industrie du bâtiment locaux et leur donne une avance par rapport à la concurrence. La foire internationale " Klimahouse " de Bolzano qui prend chaque année plus d'ampleur et se tient désormais aussi à Rome, manifeste l'importance croissante de ce thème pour l'industrie nationale du bâtiment.
En quelques années, la certification CasaClima s'est non seulement imposée au niveau local mais elle connaît un grand succès sur tout le territoire de l'Etat italien. Etant donné qu'il n'existe pas encore en Italie de réglementation nationale unifiée pour la certification des bâtiments, beaucoup de communes et de provinces se tournent vers le modèle du Tyrol du Sud. De nombreuses administrations publiques souhaiteraient, elles aussi, qu'une agence locale indépendante de CasaClima puisse évaluer le niveau énergétique des bâtiments et contrôler les constructions pendant les différentes étapes des travaux. Les provinces d'Udine en Italie du Nord et de Florence ont déjà par exemple fondé leur propre agence CasaClima selon le modèle du Tyrol du Sud.
A l'étranger aussi, le modèle trouve un écho favorable. L'Europe, mais aussi l'Amérique du Sud suivent attentivement les évolutions de CasaClima. Beaucoup d'intéressés admirent la façon dont l'administration publique a pu ancrer au sein de la population une large prise de conscience en faveur de la réduction de CO2 dans le secteur du bâtiment. Le projet pilote CasaClima a ainsi démontré l'ampleur des possibilités d'action locale pour la protection du climat.