Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Les grands espaces protégés, pile dans la tendance touristique

Selon le récent rapport d'Ecotour, le tourisme proche de la nature connaît une forte croissance en Italie. Parc naturel Alpi Marittime. © CIPRA Italien

Les grands espaces protégés et les parcs de l'espace alpin sont confrontés au défi de remplir leur mission de protection tout en apportant une contribution au développement régional durable.
Réd. La mission de protection est plus ou moins forte selon qu'il s'agit de parcs nationaux, de réserves de biosphère, de parcs naturels ou d'autres catégories d'espaces protégés. Mais les aspects touristiques et de détente gagnent en importance un peu partout. Si l'on considère des régions comme le Briançonnais avec le Parc des Ecrins, la vallée d'Aoste avec le Parc national du Grand Paradis, le Tyrol du Sud et la Styrie avec leurs parcs naturels ou la Suisse centrale avec la réserve de biosphère de l'UNESCO dans l'Entlebuch, on se rend compte que les grands espaces protégés sont devenus depuis longtemps une importante attraction touristique à maints endroits.

Respect et profit
Mais peut-on vraiment parler de coexistence pacifique de la protection de la nature et du tourisme dans les grands espaces protégés ? Qu'en est-il des projets de divers lobbyistes du tourisme de construire de nouvelles remontées mécaniques et d'autres infrastructures dans des grands espaces protégés ? Quelles sont les conséquences de la popularité croissante des sport de pleine nature sur la faune et la flore des parcs, par exemple sur des espèces sensibles comme les coqs de bruyère et les tétras ? Qu'en est-il de l'arrivée sur place en voiture, qui entraîne de véritables flots d'automobiles dans quelques grands espaces protégés ?
D'autre part, le succès du tourisme proche de la nature contribue à ce que les stratégies de développement d'espaces protégés trouvent un accueil toujours plus favorable auprès de la population locale. La révision partielle de la Loi sur la protection de la nature et du paysage en Suisse a débouché sur une multitude d'initiatives locales pour la création de nouveaux parcs paysagers et naturels dans une trentaine de régions du pays. Au-delà du tourisme, les grands espaces protégés se profilent toujours davantage comme des facteurs importants d'un développement régional durable. Dans les régions périphériques et rurales, surtout, ils sont inclus dans des projets importants concernant des chartes et des stratégies marketing régionales.
Le tourisme proche de la nature préserve la nature et le paysage du lieu de vacances et encourage sa culture locale et son économie. Il incite à des vacances responsables dans des sites naturels et des paysages culturels proches de la nature. Un tel tourisme doit se développer à partir des besoins régionaux et par la cogestion des personnes concernées. La nature, le paysage et l'environnement, les données sociales, culturelles et économiques doivent être respectés et protégés, encouragés et financés de manière durable. En tant qu'activité durable, le tourisme proche de la nature doit contribuer à la promotion cohérente des grands espaces protégés.

L'espace protégé, un "produit touristique" à part entière
Un développement touristique proche de la nature dans les grands espaces protégés suppose de bonnes bases légales nationales et/ou régionales sur lesquelles reposent des chartes et des plans de gestion contraignants; ces documents permettent de définir des stratégies et des mesures de mise en œuvre précises, qui soient coordonnées avec les objectifs régionaux de protection et de développement. En outre, des ressources humaines et financières assurées sur le long terme sont indispensables pour la conduite stratégique et pratique de la gestion du parc, pour les relations publiques dans la région, pour l'encadrement des hôtes sur le plan de l'information, de l'accueil des visiteurs et de l'éducation à l'environnement ainsi que pour l'assurance qualité.
Une philosophie de gestion intégrée conçoit le parc d'une part pour la mise en évidence et la protection de ses valeurs naturelles et paysagères, d'autre part comme un élément et une opportunité de développement régional durable. Les coopérations avec les acteurs régionaux des communes, du tourisme, de l'agriculture, de la forêt, de la protection de la nature etc., revêtent donc une grande importance.
Dans la stratégie touristique d'une région, un espace protégé doit être intégré comme un "produit" à part entière avec des filières de haute qualité dans chaque destination touristique. Cela implique un marketing professionnel qui tienne compte des connaisances actuelles en matière de gestion de l'attractivité et de la découverte respetueuse de la nature et des paysages.

Protection des biotopes, des processus et des espèces : un objectif central
L'éventail des tâches des administrations d'espaces protégés s'est élargi au cours des dernières années en direction d'un développement régional transsectoriel. Une importance crois-sante est également accordée aux aspects touristiques. Les espaces protégés ne peuvent assumer cette multifonctionnalité que si leur mission centrale - la protection des biotopes, des processus et des espèces - est assurée par une volonté politique suffisante et des normes juridiques appropriées.
Il s'avère donc qu'une dotation financière adéquate ainsi qu'un environnement positif pour le tourisme proche de la nature sont les conditions cadres les plus importantes pour le tourisme des espaces protégés. Lorsque ces conditions sont remplies, le tourisme proche de la nature dans les grands espaces protégés peut avoir un effet positif, en contribuant non seulement au bien-être des personnes en quête de détente, mais aussi en tant que facteur économique et social pour les régions environnant le parc ou l'espace protégé.