Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Seid Netz zueinander! - Coopération et mise en réseau, les clefs du succès

Le succès de nombreuses initiatives dépend souvent d'une poignée de personnes qui sont de bons managers aussi bien que des esprits visionnaires qui voient sur le long terme. © CIPRA International

Pendant une année, plus de 40 scientifiques, et praticien-ne-s, notamment de l'aménagement du territoire, ont effectué des recherches pour "Avenir dans les Alpes" dans les sept pays alpins. Leur conclusion : les principales stratégies pour accélérer l'essor d'un développement durable résident dans une meilleure coopération et dans une mise en réseau plus étroite.
Les six équipes constituées pour répondre aux questions ont résumé leurs conclusions dans un "rapport de synthèse", téléchargeable sur Internet. Les expert-e-s établissent des critères dont devraient tenir compte tous ceux et celles qui souhaitent faire avancer le développement durable dans les Alpes. La CIPRA est convaincue que les résultats de cette étude font avancer la protection et le développement durable des Alpes. Une protection qui inclut l'homme et l'économie.
L'une des recommandations se résume par "Oser plus de démocratie !" Par exemple, en intégrant les groupes d'intérêts dans les prise de décisions. Le défi consiste à combler les lacunes entre les connaissances du public et les résultats de la recherche. Cette fonction d'intermédiaire est difficile avec des thèmes aussi complexes que la mobilité ou l'économie régionale. Mais il faut relever le défi car c'est la seule manière d'assurer la prise de décisions durables, "pertinentes à long terme".

De nouveaux réseaux aident à avancer
L'importance du renforcement des réseaux d'acteurs a également attiré l'attention des équipes chargées d'apporter des réponses aux questions. Elles ont souligné l'importance de la cohésion sociale pour la réalisation de projets. Les initiatives qui se révèlent particulièrement fructueuses sont celles qui, au-delà des réseaux locaux, tissent des liens avec des partenaires intéressants à l'extérieur de la région, par l'échange de savoirs, les relations économiques ou le soutien politique. Lorsque les stratégies classiques rencontrent leurs limites, des formes innovantes comme le partenariat public-privé, sont souvent couronnées de succès.
Que ce soit pour la création de valeur ajoutée régionale ou dans les projets de mobilité, les expert-e-s mandatés pour l'étude de la CIPRA soulignent le rôle primordial des personnalités assumant un leadership. Le succès de nombreuses initiatives dépend d'une poignée de personnes qui sont de bons gestionnaires et qui ont des esprits visionnaires. Pour s'affranchir du facteur "hasard", on doit encourager de façon ciblée les personnes ayant des talents de " leadership " par de nouvelles offres de formation, par exemple dans le domaine du management de la gestion.

Maintenir les services publics pour une meilleure qualité de vie
La migration interne est l'un des grands problèmes d'avenir dans les Alpes : les zones de concentration urbaine vont accueillir de nouveaux habitant-e-s du pays ou de l'étranger ; en revanche, les régions rurales vont connaître une forte dilution et un vieillissement de leur population. Les expert-e-s de la CIPRA constatent des stratégies alternatives: les services publics sont développés dans les régions reculées sous des formes innovantes ; les communes, par exemple, se regroupent et proposent ensemble des prestations. Le rôle des centres bourgs dans le réseau des Alpes est souvent sous-estimé. Leurs prestations de services et leurs infrastructures font vivre l'économie des communes et agglomérations alentours. Elles y améliorent de façon décisive la qualité de vie.
L'un des résultats surprenants de l'étude de la CIPRA concerne les transports : bien qu'on prétende toujours que plus de routes amènent plus de croissance économique, les expert la concluent que "la qualité du système de transport et l'accessibilité des marchés ne sont qu'un facteur d'implantation parmi beaucoup d'autres." Dans les régions périphériques, en particulier, le développement de l'infrastructure routière peut avoir des conséquences négatives (morcellement du paysage, pollution atmosphérique et sonore), sans que des effets positifs pour l'économie régionale se produisent. Car le développement routier expose encore plus les régions périphériques à la concurrence des zones de concentration urbaine.

Réduire les transports et renforcer les coopérations: des défis pour demain
A la rubrique "Défis pour demain", l'étude mentionne des domaines dans lesquels des jalons décisifs pour les régions alpines doivent être posés dans les prochaines décennies :
o Baser sa publicité sur les Alpes. On pourrait améliorer la commercialisation de produits agricoles et d'offres touristiques en recourant à des "labels" indiquant une provenance alpine, en faisant passer le message : "Ce produit n'existe sous cette forme que chez nous !"
o Développer de nouveaux marchés. Lorsque la demande locale ou régionale faiblit, les fabricants doivent s'orienter vers la demande nationale ou internationale et rechercher des partenaires à l'extérieur des Alpes.
o Réduire les transports. Des études sur le long terme montreront si de meilleures voies de communication et une accessibilité facilitée renforcent effectivement le pouvoir économique d'une région ; de telles études sont aussi nécessaires pour donner des indications sur la façon d'utiliser les expériences des régions qui présentent un développement économique positif malgré une accessibilité difficile. Pour permettre la mobilité de tous, il faut des solutions innovantes et un aménagement du territoire qui permette de réduire les trajets.
o Renforcer les coopérations. Il existe toujours dans les Alpes des communautés qui refusent toute participation démocratique à certains groupes d'intérêt. A l'avenir, les principes de la participation et de la mise en réseau devraient toutefois diriger l'action politique et économique.
Les résultats de cette étude incitent la CIPRA à renforcer ses efforts pour le développement d'un réseau d'acteurs et d'actrices dans toutes les Alpes. Ses activités vont dans ce sens avec "alpPerformance", où le savoir recueilli dans "alpKnowhow" est mis en application dans le cadre de projets indépendants (voir encadré). Le rapport "Avenir dans les Alpes" montre enfin, selon Andreas Götz, "que la protection des Alpes et la création d'emplois intéressants ne s'excluent pas".