Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

L'Italie demande une meilleure protection des grands prédateurs dans les Alpes

Bär

L'ours brun fait partie des espèces sévèrement protégées selon la Convention de Berne. © Lammerhuber, www.wien.gv.at

Les loups qui quittent l'Italie, où ils bénéficient d'une protection totale, pour la Suisse ou la France risquent souvent d'être abattus.
Cette incohérence est violemment critiquée par le ministre italien de l'environnement Alfonso Pecoraro Scanio. Lors de la IXème Conférence alpine d'Alpbach/A, Scanio a évoqué la nécessité de résoudre ce paradoxe à l'aide d'un accord transfrontalier. Il réclame l'engagement des signataires de la Convention alpine en faveur d'un programme commun de protection des grands prédateurs.
Scanio constate que les directives de l'UE et les accords internationaux sont trop peu efficaces pour protéger les grands prédateurs que sont l'ours, le lynx et le loup. Le défi consiste à concilier les activités humaines et les besoins des prédateurs. Les pays concernés, a déclaré le ministre de l'environnement, doivent coopérer, prendre en considération les expériences recueillies par d'autres pays et développer un concept commun. L'objectif n'est pas de développer encore les espaces protégés mais d'aménager des corridors dans le réseau des espaces protégés existants.
Source : Déclaration publique du ministre italien de l'environnement, Alfonso Pecoraro Scanio, Alpbach, 8 et 9 novembre