Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Bâtiment multifonctionnel en bois local

Motivations

La mairie de Saint Jean d’Arvey a voulu à travers ce projet faire la promotion de la filière bois local en s’inscrivant dans une démarche de développement durable et en faisant appel à des entreprises de transformation de bois certifiées Bois des Alpes.

Caractéristiques techniques

© A. Mignotte / CIPRA France

  • Utilisation du bois local / Promotion de la filière bois locale

Pour être exemplaire en termes de valorisation du bois local, la commune a souhaité que les bois de structure proviennent de sa forêt communale, certifi ée PEFC (certification de la gestion durable des forêts) et gérée par l’Office National des Forêts (ONF). Travail en grappe des entreprises, optimisation des capacités de chaque entreprise

Une coupe de 1320 m3 de sapins, prévue dans l’aménagement forestier, a été martelée en 2009 pour fournir les 300 m3 de bois sciés de grande résistance mécanique (qualité C40) nécessaires à la construction du bâtiment.

Trois qualités de sapins ont été identifiées :

  • bois de qualité palettes ou bois énergie, 15% du volume
  • charpente courante (bois droit, nœuds de petite taille) 43% du volume
  • charpente choisie de très bonne qualité, (classement mécanique C40, 40% soit 522m3 de sapins, bois droit, sans noeud, sans défaut, accroissement régulier)

A noter, 2% de feuillus ont également été coupés. Les feuillus, les sapins de qualités charpente courante et palettes ont été vendus.

L’originalité de ce projet réside dans la fourniture du bois à l’entreprise de construction bois et dans le suivi de la qualité des bois tout au long de la chaîne d’exploitation et de transformation.

Au fur et à mesure de l’exploitation (été 2010), 680 m3 ont été testés au sylvatest® pour obtenir 520 m3 de grumes de qualité C40 ou plus destinées au bâtiment (77% de C40).

La commune a fait scier et sécher les bois par une scierie du Massif des Bauges et les a mis à disposition de l’entreprise de construction bois retenue pour la réalisation du bâtiment et située elle aussi dans le Massif des Bauges. Le but est de favoriser les circuits courts. Les sciages ont été de nouveau testés au Sylvatest® avant d’être mis en œuvre par l’entreprise.

Les autres éléments en bois, bardage et menuiseries extérieures sont réalisés dans d’autres essences (mélèze notamment…) toutes certifiées Bois des Alpes.

  • Consommation énergétique basse / Promotion de la construction passive

L’objectif est d’atteindre un niveau de consommation énergétique très bas, en dessous de 45kWh par m2 et par an, dont 21 pour le chauffage. Le bâtiment est relié à la chaufferie bois communale, alimentée en majorité par des plaquettes forestières issues de la forêt communale.

  • Le bâtiment doit être étanche :

Tous les corps de métiers ont suivi une formation à l’étanchéité à l’air et une attention particulière a été prise à chaque étape pour atteindre les objectifs fixés.

  • Le test de la « porte soufflante »

L’objectif de ce test est de mesurer la perméabilité à l’air du bâtiment pour valider ses performances au regard des normes BBC (bâtiment basse consommation).

Le test consiste à créer une dépression dans le bâtiment pour mesurer les échanges d’air avec l’extérieur (test de la porte soufflante). Ensuite, l’ensemble de l’enveloppe du bâtiment est inspectée à l’aide d’une caméra thermographique pour identifier les fuites d’air. Pour la norme BBC, l’objectif à atteindre est de 0,6 m3/h.m2 (pression 4 Pascals).

Le résultat de ce test est de 0,43 m3/h.m2, soit 30% de mieux que la norme BBC. Le niveau d’étanchéité du bâtiment se rapproche de la norme «passif» (0,6 vol/h, différentiel de 50 Pa) puisque le résultat est de 0,65 vol/h.

  • Les matériaux « écolos» mis en œuvre :
  1. laine de bois pour l’isolation.
  2. peintures sans solvant NF environnement
  • Autres caractéristiques environnementales :
  1. récupération des eaux de pluie,
  2. toiture végétalisée,
  3. ventilation double flux,
  4. panneaux photovoltaïques 85 m2,
  5. tri et recyclage des déchets de chantier (déconstruction du gîte présent sur le terrain, bennes de tri pendant toute la durée du chantier....)

Informations sur l'architecture

Ce projet a fait l’objet d’un concours d’architecte lancé durant 2008 avec entre-autres exigences dans le cahier des charges, les points suivants :

  • Surface du programme : 1000 m2
  • Utilisation maximale du bois : 45,6 dm3 / m2 minimum
  • BBC (Bâtiment Basse Consommation) : consommation énergétique primaire inférieure à 45 kWh par m2 et par an.

57 dossiers de candidature :

L’architecte retenu était Vincent Rocques (Saint-Jorioz, Haute-Savoie) et son équipe de maîtrise d’oeuvre composée de bureaux d’études bois, béton, fluides, économiste, coordonateur SPS (Sécurité et Protection de la Santé), assistance à maîtrise d’ouvrage HQE (Haute-Qualité-Environnementale).

La réponse architecturale est liée à la topographie du site : 3 niveaux distincts avec accès à chaque niveau de plein-pied.

Pour prendre en compte les contraintes sismiques et la résistance au feu, l’utilisation des matériaux bois et béton optimisée et complémentaire. Le schéma structurel présente ainsi deux parties :

  • un noyau central en béton qui regroupe l’ensemble des pièces humides, techniques et les gaines des réseaux divers et assure le contreventement ;
  • une structure bois pour former les planchers et les façades.

Le bois est utilisé pour l’ensemble des planchers, les poteaux de façade et les murs périphériques formant l’enveloppe du...

Difficultés rencontrées

  • Entreprises françaises non spécialisées dans ce type de construction: mixité bois béton et importance de l'étanchéité à l'air
  • Coordination entre les entreprises compliquée
  • Temps de travail plus long pour mettre en place la filière bois local, contrôle des bois et traçabilité