Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Living Labs : une série d'interviews menée par des jeunes

Depuis plus d’un an, le projet « Living Labs » rassemble des jeunes de l’arc alpin pour travailler, collaborer et échanger sur la (leur) vie dans les Alpes.

Comme déjà en 2018, sur la question de la transition du tourisme, les jeunes ont développé des actions autour de la perception et de la valeur du paysage. De ce fil rouge de la deuxième année du projet, sont sorties diverses activités et conclusions, mises en commun pendant la rencontre internationale en septembre au Liechtenstein.

Le groupe français a participé cette année, comme déjà en 2018, à l’eco-traversée de Belledonne. Le programme européen ERASMUS+ a cofinancé la participation de jeunes en-dessous de 25 ans à cette randonnée au cours de laquelle les échanges et les travaux du groupe français ont été rassemblés dans différentes interviews.

Celles-ci ont été réalisées pendant la randonnée, mais également pendant d’autres événements, comme la sortie de lecture paysagère à Grenoble ainsi que le festival Amountagna dans les Alpes du Sud.

Apprécier l'environnement urbain

Jeudi 15 mai l'équipe de CIPRA France et son conseil de jeunes s'est adonnée à une sortie de terrain, ce dans le cadre de Living Labs. Ines Hubert, doctorante en géographie, a invité les participants à une sensibilisation au milieu urbain par un parcours au sein de la ville de Grenoble. Le départ de cette excursion était situé sur le campus, au pied de l'Arboretum.

Au gré des pas longeant la cité universitaire et la piste cyclable en bordure de l'Isère, les membres ont été conviés à prendre un temps d'arrêt chaque dix minutes passées pour apprécier l'environnement et en prendre deux photos de leur choix : l'une à hauteur de vue, l'autre du sol. Cet exercice a permis de prendre acte qu'en milieu urbain, notre regard se laisse facilement attirer, au milieu de toutes les informations qu'il propose, par les arbres, l'eau et les étendues vertes que l'on y décèle tout en cherchant une continuité entre les bâtiments et les lieux dans lesquels ils s'inscrivent. Cette sortie s'est terminée au pied de la tour Perret, dans le parc Paul Mistral. Auprès des jeunes, il a pu y être constaté que présence de bâtiment imposant n'était pas forcément équivalent à une négation du paysage et du milieu naturel, ce dans le droite ligne des infrastructures vertes.

Mots-clés associés :