Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

« Accueil des Jeunes adultes et de leurs Initiatives en Territoires Ruraux »

De nombreux territoires ruraux sont ainsi confrontés au défi de faciliter l’installation durable de ces jeunes adultes, qui construisent leur parcours de vie entre 17 et 35 ans. Ils doivent pouvoir s’appuyer sur une compréhension plus fine des nouvelles pratiques qui visent en particulier à s’adresser à ces jeunes adultes et qui sont exercées en matière d’emploi, d’amélioration de la qualité de vie, notamment à travers l’accès aux services, et en matière d'approfondissement de la participation citoyenne. Le projet AJITeR est un projet mené sur 3 ans, de capitalisation, de valorisation et de de diffusion des bonnes pratiques autour de la thématique de l’accueil et de l’installation des jeunes adultes dans les territoires ruraux.

Le projet AJITeR est un projet mené sur 3 ans, de capitalisation, de valorisation et de de diffusion des bonnes pratiques autour de la thématique de l’accueil et de l’installation des jeunes adultes dans les territoires ruraux. 

La démarche des cinq membres du groupement, porté par l’ADRETS (Association de Développement en Réseau des Territoires et des Services), en partenariat avec CIPRA France, le CREFAD Auvergne (Centre de Recherche, d’Etude, de Formation à l’Animation et au Développement), l’UFISC (Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles et le RECCA (Réseau des Cafés Culturels Associatifs), se fonde sur l’exigence croissante et urgente de se saisir de cet enjeu, dans un contexte également marqué par la montée des inégalités sociales et territoriales. 

En effet, les associations porteuses du projet “Faciliter l’accueil et l’installation des jeunes adultes dans les territoires ruraux” ont, de par leur travail en réseau, connaissance de nombreuses initiatives impliquant et en faveur des jeunes adultes dans leurs territoires.

Ces initiatives sont cependant insuffisamment connues et mises en réseau pour changer d’échelle et être intégrées en tant que telles dans les politiques publiques. Nous pouvons citer par exemple :

  • des expériences d’emplois pluriactifs, d’organisations structurelles souples et inclusives, des activités liées aux technologies de la communication en passant par la création de nouveaux services, jusqu’au renouveau d’anciens métiers dans la dynamique des circuits courts et de relocalisation des productions (transformation agricole de la laine, des anciennes variétés de fruits, récupération des friches et rebuts agricoles, etc.) ou de l’économie circulaire ;
  • les expériences inspirées des ressources territoriales qui prennent en compte de façon nouvelle les capacités du territoire (hybridation à partir d’anciens métiers, tourisme solidaire, pratiques culturelles...) ; 
  • le développement des espaces hybrides (tiers lieux, espaces de coworking, cafés lecture ou cafés jeux associatifs, épiceries associatives, etc.) qui remettent en cause les frontières et périmètres habituels et inventent de nouvelles manières de vivre et travailler au pays ; 
  • les initiatives solidaires d’accès aux droits et aux services tels que dans le logement comme la mise en marché des logements dans des résidences secondaires pour les travailleurs saisonniers ou de mobilisation de la colocation intergénérationnelle pour les stagiaires ou les apprentis du milieu rural qui misent sur le partage plutôt que sur la propriété ;
  • les expériences de mutualisation, de polyvalence et d'itinérance qui permettent de réinventer des services de proximité de manière décloisonnée, viable économiquement, aussi bien dans le domaine de la culture, des services petite enfance, de commerces de proximité ou d’accès aux services publics de base ; 
  • les expériences de coopération qui travaillent les complémentarités et la diversité jusqu’à des projets de territoire favorisant la structuration entre acteurs sectoriels ou intersectoriels (implantation en collectifs, réseaux territoriaux, groupements de structures, PTCE/clusters...) ; 
  • les expériences de participation citoyenne qui s’expriment et s’exercent dans des initiatives citoyennes ou dans des processus collectifs d’organisation publiques avec des formes de gouvernance collective et territoriale renouvelées.

L’ensemble de ces initiatives montrent la vitalité du monde rural et de la jeunesse qui inventent des solutions qui préfigurent le monde de demain. Mais force est de constater la fragilité de ces expériences et leur relative absence des grands médias et de leur prise en compte par les politiques publiques locales ou nationales. Ces expériences restent aussi souvent cloisonnées et sectorielles alors que leur efficacité dépend en grande partie de leur nécessaire transversalité dans les politiques de développement local.

 


Le projet AJITeR peut être réalisé grâce au soutien de nos partenaires financiers : FNADT - Ministère de la Culture - Ministère Jeunesse et Sports (FONJEP) - CR AURA (Emploi tremplin).

Mots-clés associés : ,