Outils personnels

  Filtres de recherche  

Informations complémentaires

Nouveautés

Un verrou saute dans l’aménagement du territoire

Bientôt plus qu’un souvenir : le sommet intact du Riedberger Horn. © LBV

La voie est aujourd’hui ouverte au niveau juridique pour une liaison inter-stations sur le Riedberger Horn en Allemagne : le Parlement bavarois a décidé la semaine dernière la modification du Plan alpin bavarois.

Le conflit autour du Riedberger Horn dans les Alpes bavaroises touche pour le moment à sa fin. Après l’échec d’un plan d’occupation des sols et d’une procédure de dérogation qui se sont heurtés à la résistance du ministère de l’Environnement, une initiative citoyenne contestée lancée par un millier d’habitants a finalement ouvert la voie politique à la modification du Plan alpin bavarois (Alpenplan). Le gouvernement de l’État de Bavière a consulté en seulement trois jours les quelques 4000 avis exprimés par la population et proposé ensuite au Parlement bavarois une modification en matière d’aménagement du territoire. Le Parlement a approuvé cette modification le 9 novembre 2017 et ouvert ainsi la voie à une liaison inter-stations dans la zone de protection C.

La procédure de modification du Plan alpin est également contestée au sein du parti CSU au pouvoir en Bavière. Pour Josef Göppel, qui a présidé pendant de nombreuses années le groupe de travail Environnement du CSU, le cas du Riedberger Horn est un verrou qui saute, ouvrant la voie à d’autres interventions qui ne pourront être rejetées même avec de bonnes raisons. « On peut toujours modeler la démocratie à son gré », a critiqué l’homme politique à la radio-télévision bavaroise. Pour lui, cette consultation locale réalisée dans un espace très restreint sur une question qui concerne l’ensemble des Alpes bavaroises n’est pas acceptable politiquement.

La Bavière a créé en 1970 le premier Ministère de l’Environnement d’Europe, le premier Parc national d’Allemagne et a adopté en 1972 le Plan alpin bavarois. CIPRA Allemagne s’est battue avec ses organisations membres pendant des années contre l’affaiblissement de cet excellent instrument de planification. « Ces acquis font aujourd’hui l’objet d’une dérégulation dans le cadre d’une pensée économique néo-libérale », regrette le Président de CIPRA Allemagne, Erwin Rothgang. Les organisations environnementales de Bavière vont demander la vérification de la légalité de la modification du Plan alpin bavarois.

 

Source et informations complémentaires :

www.cipra.org/de/news/bayr-alpenplan-dammbruch-fuer-die-raumplanung (de)

Suivez-nous

Icon_facebook  Icon_twitter