Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Pour une politique du loup raisonnée

Hans Weber est directeur de CIPRA Schweiz© CIPRA Suisse

Les loups viennent juste de réapparaître en Suisse. Une première meute a été observée dans le massif du Calanda, près de Coire. Et déjà, des voix s’élèvent pour demander l’assouplissement de la protection du loup en Suisse. Hans Weber, directeur de CIPRA Suisse, met en garde contre toute mesure prématurée.

Une motion du Conseil des États demande une révision de la Loi sur la chasse. Avant même que la motion soit acceptée, la Conseillère fédérale Doris Leuthard met en consultation un amendement de l’Ordonnance sur la chasse qui autorise des mesures de régulation supplémentaires, comme par exemple le tir de jeunes loups à proximité des zones habitées. Un thème chargé d’émotions incite ici à prendre des mesures en urgence sous la pression de groupes d’intérêts. Or, ce dont on aurait besoin, c’est d’une analyse objective et de solutions raisonnées.

La motion de révision de la législation exige une régulation plus importante des populations de loup. Du point de vue des éleveurs de moutons, cette revendication est compréhensible. Mais il faut d’abord garantir une population viable à long terme dans les Alpes suisses, faute de quoi la protection du loup perdrait tout son sens. La révision au niveau de l’ordonnance qui prévoit le tir préventif de jeunes loups, alors que la première meute vient à peine de se former, est une procédure précipitée. Il faut continuer à l’avenir de n’abattre les loups que s’il est prouvé qu’ils ont causé des dommages disproportionnés aux troupeaux d’animaux domestiques.

Il existe déjà des idées et des exemples de bonnes pratiques qui montrent comment la cohabitation du loup, des animaux de rente et de l’homme peut réussir. Les expériences en matière de protection des troupeaux ont souvent donné de bons résultats. Des connaissances et des expériences supplémentaires seraient utiles. La CIPRA a déjà apporté ici des éléments constructifs. La Suisse aurait beaucoup à apprendre de l’Italie, où la gestion d’une population de loups beaucoup plus importante fait partie des affaires courantes.

Informations complémentaires : http://www.cipra.org/de/dossiers/grossraubtiere

Mots-clés associés : ,
Suivez-nous

Icon_facebook  Icon_twitter