Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Les médias thématisent la course aux équipements dans les sports d’hiver

Toujours plus grand, toujours plus haut : l’aménagement des stations alpines prend des dimensions excessives. Sur la photo, la station de Schöneben dans le Tyrol du Sud/IT, qui prévoit d’agrandir son domaine. © Marius Brede/flickr.

L’appel de la CIPRA contre la course aux équipements dans les stations de ski a suscité un grand écho dans les médias. Des réalités telles que le changement climatique, la fréquentation stagnante des stations ou les recettes en baisse soulignent l’urgence de ces revendications.

Les pays alpins pratiquent actuellement une surenchère en matière d’extensions de stations de ski : en Allemagne, deux communes tentent d’assouplir sur le Riederberger Horn l’instrument éprouvé qu’est le « Plan alpin bavarois » pour construire une liaison inter-stations à travers une zone protégée. La liaison prévue entre les glaciers autrichiens de l’Ötztal et de la Pitztal ou l’extension des stations de Haider Alm et de Schöneben en dehors de la zone de ski autorisée dans le Val Venosta dans le Tyrol du Sud/IT sont d’autres exemples de projets.

De nombreux arguments plaident contre l’extension excessive des domaines skiables : le changement climatique, la fréquentation stagnante ou la rentabilité en baisse, notamment. De nombreuses stations luttent déjà aujourd’hui pour leur survie. En Suisse, seule une station sur trois est encore rentable aujourd’hui.

Des représentants de CIPRA Allemagne, CIPRA Autriche, CIPRA Tyrol du Sud et CIPRA International ont donc sonné l’alarme fin septembre 2016 dans une conférence de presse commune à Innsbruck/A. Ils exigent un moratoire général dans les Alpes pour les extensions de domaines skiables, ainsi que la mise en place d’une stratégie durable pour le développement des régions alpines, qui tienne compte des traités actuels, des plans d’aménagement et de la réalité du changement climatique sur la base de la Convention alpine.

Katharina Conradin, Présidente de CIPRA International, le souligne : « Il est impératif pour un tel changement de cap de se concentrer sur le financement de projets qui répondent à des critères de durabilité stricts – et ce dans tous les pays alpins. » Une telle politique exige notamment une meilleure coopération dans le domaine du tourisme au niveau transalpin.

L’appel de la CIPRA a rencontré un grand écho dans les pays de langue allemande. De nombreux médias ont profité de l’occasion pour s’interroger sur l’avenir des sports d’hiver. Les réactions sont souvent positives, mais aussi critiques.  

 

Sources et informations complémentaires :

www.cipra.org/de/news/internationaler-stopp-fuer-flaechenhafte-erweiterung-von-skigebieten-gefordert (de); www.cipra.org/de/medienmitteilungen/wintertourismus-in-den-alpen-wachstum-auf-teufel-komm-raus (de)

Suivez-nous

Icon_facebook  Icon_twitter