Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

«La CIPRA doit bousculer ceux de Bruxelles!»

Daniela Schily © Jan Rübel, Zeitenspiegel

Daniela Schily accompagne la stratégie macro-régionale de l’UE pour la région du Danube. Et elle plaide pour que les acteurs locaux aient plus d’influence dans le cas des Alpes.

Dans le hall 2.2 de la Bourse internationale du Tourisme, on aperçoit une femme menue perdue derrière d’imposants comptoirs blancs. Des hordes humaines défilent devant elle, chopent des prospectus en passant, regardent s’il y a quelque chose à manger. Pourtant, avec son humour, Daniela Schily a mieux à offrir. « Regardez, dit-elle, nous représentons une région qui va de la Forêt Noire à la Mer Noire. Et où se trouve notre siège ? En Serbie, dans le « trou noir ». »

Daniela Schily fait la promotion de la région du Danube à la Bourse internationale du Tourisme. A Belgrade, elle a monté un centre de compétence Danube, d’abord pour le ministère de l’Economie serbe, auquel s’est joint ultérieurement l’Agence allemande pour la Coopération internationale (GIZ) –« il y a peu, la Serbie passait pour un « trou noir », une terra incognita. Après la guerre, le pays était complètement isolé. » Elle veut changer cela. Créé parallèlement à la stratégie de l’UE pour la région du Danube, ce centre soutient les coopérations transfrontalières dans le tourisme et l’environnement. « Nous avons dû batailler pour garder notre place dans l’UE », dit cette femme de 47 ans en se rappelant les débuts, à partir de 2009.

Les ONG force motrice

Depuis quelques années, la Commission européenne définit ce qu’elle appelle des macro-régions qui correspondent à des territoires appartenant à des unités administratives différentes mais qui ont des problématiques communes. Une stratégie qui, d’après son calcul, doit assurer un  meilleur développement. Pour la région du Danube la stratégie européenne est en place, et une stratégie similaire devrait aussi être mise au point pour la région alpine d’ici 2015. Quelle est l’expérience de Daniela Schily avec Bruxelles, qu’a apporté l’entreprise aux Etats danubiens ?

Elle défroisse sa blouse bleu foncé à fleurs blanches. « Les organisations non gouvernementales (ONG) doivent être impliquées, dit-elle, ce sont les forces vives d’une région. » Pour l’espace danubien, l’UE a pris son temps, a impliqué les acteurs locaux dans la planification. « Plus tard, par contre, dans la stratégie pour l’Adriatique, on a appuyé sur le champignon et on voulait des succès rapides – on a fait l’impasse sur les ONG. » Son conseil : « la CIPRA doit aller à Bruxelles, les bousculer ! » Il faudrait en effet faire du lobbying pour l’espace alpin, pour que les normes environnementales élaborées par la Convention alpine ne soient pas reléguées à l’arrière-plan. « Avec la bureaucratie bruxelloise, il faut faire preuve de ténacité », résume-t-elle.

Pour l’espace danubien, elle estime le bilan positif. Le nombre de cyclistes le long du fleuve a connu une augmentation fulgurante, des chantiers écologiques sont apparus en Serbie et les pêcheurs du delta du Danube ont été sensibilisés à la flore et à la faune. Pour elle, le fait que les régions périphériques soient également intégrées dans la stratégie macro-régionale pour les Alpes ne pose pas de problème. « Cela ne nuit pas aux montagnes : les Alpes ont toujours été perçues par le reste de l’Europe comme une « masse » taillée au couteau, une région aux contours nets. Et les stratégies en Europe ne doivent pas laisser de « trous ».

Jan Rübel

Reportages Zeitenspiegel

---------------------------------------------------------------------------------

Ambassadrice sans poste

Daniela Schily, native de Bochum, aime les Alpes. Son père était membre du Club alpin allemand, emmenait tous les étés sa famille au Tyrol. Il y a vingt ans, au cours d’une randonnée vers Lienz, il fut pris dans un orage, tomba dans un torrent et mourut. Non sans avoir auparavant transmis à sa fille un deuxième amour : ayant visité la Russie avec lui à 14 ans, elle s’est installée à Moscou en 1989 pour étudier le russe, a travaillé comme journaliste spécialisée dans le tourisme et le voyage. Puis vint l’appel de Belgrade – au centre de compétence Danube.

www.danubecc.org

 

Alpenscène est disponible gratuitement sur : www.cipra.org/alpenscene

Suivez-nous

Icon_facebook  Icon_twitter