Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Un plan d'action contre la fonte des glaciers

Les Etats de l'espace alpin souhaitent élaborer ensemble un plan d'action en vue de l'adaptation aux conséquences du changement climatique.
ClimChAlp est un projet de recherche transnational qui a démarré ce printemps et dans le cadre duquel les bases pour la stratégie d'adaptation à adopter seront mises à disposition au cours des deux prochaines années. ClimChAlp signifie "Climate Change, impacts and adaptation strategies in the Alpine Space". Des partenaires en Allemagne, en France, en Italie, au Liechtenstein, en Autriche, en Suisse et en Slovénie participent à ce projet. Ils étudient le changement climatique dans l'espace alpin et ses incidences sur les dangers naturels, le développement du territoire et l'économie. De même, la gestion des risques et les méthodes de prévention des risques dans les pays concernés sont examinées, et les stratégies d'adaptation sont mises en réseau. Les travaux aboutiront sur un plan d'action avec des recommandations politiques concrètes pour l'économie, les communes et les Etats.
Werner Schnappauf, le Ministre bavarois de l'environnement, a présenté le projet le 3 août dernier au sommet de la Zugspitze en Allemagne en rappelant que le changement climatique était d'ores et déjà une réalité. La démonstration fut faite immédiatement sur un petit glacier de la Zugspitze, le Schneeferner, qui ne couvre plus que dix pour cents de la surface qu'il occupait il y a 150 ans. Selon les experts et expertes présents, le réchauffement est irréversible, du moins pour les prochaines décennies.
Cependant, le projet financé par l'initiative communautaire européenne Interreg IIIB "Espace alpin" et réalisé sous la direction de la Bavière n'enthousiasme pas tout le monde. Le financement de 3,5 millions d'euros ne permet pas de nourrir des espoirs démesurés. Pour les Verts dans la diète bavaroise, l'initiative est même de l'"actionnisme" pur et simple puisque la Convention alpine constitue déjà un plan d'action qui n'est toutefois pas suffisamment pris en considération. La Commission Internationale pour la Protection des Alpes CIPRA salue en principe l'initiative, mais elle s'attend aussi à des actions au niveau de la lutte contre les causes, par exemple pour une politique de l'énergie et des transports qui ménage davantage le climat.
Sources et informations :
www.alpinespace.org (en), Süddeutsche Zeitung 03.08.2006