Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Un village à énergies renouvelables décentralisées

L'une des excursions de la Conférence annuelle avait pour but la commune bavaroise de Wildpoldsried. Les 2600 habitants de ce "village de dimension modeste, mais conscient de sa valeur" consomment environ 6,725,000 kWh d'électricité par année. Mais ils en produisent eux-mêmes 2,5 fois plus à partir d'énergies renouvelables et de manière décentralisée. Barbara Frey a interviewé Arno Zengerle, le maire de Wildpoldsried, pour le CIPRA Info.
CIPRA: Votre commune se soucie-t-elle aussi du changement climatique ?
Zengerle : Depuis 1999, nous connaissons presque chaque année des problèmes liés à de fortes précipitations. C'est pourquoi nous sommes en train de nous doter d'un bassin de retenue pour l'eau de pluie.
CIPRA : La commune de Wildpoldsried ne se contente pas de réagir mais elle s'efforce aussi de prévenir ce changement climatique.
Zengerle : Pour fixer du CO2 à long terme, nous construisons nos bâtiments communaux en bois. Nous possédons le premier parking couvert en bois d'Allemagne et la première école construite par empilage de planches.
CIPRA : Wildpoldsried fait également œuvre exemplaire dans le domaine de la production d'énergie à partir de sources renouvelables.
Zengerle : Nous utilisons le plus grand éventail d'énergies renouvelables au niveau national, avec du vent, de l'eau, de la biomasse, du biogaz et de l'énergie solaire. Sur plus de 850 communes, nous occupons la 16ème place dans la ligue solaire, la "Solarbundesliga".
CIPRA : D'où vient votre motivation ?
Zengerle : D'une vision très conservatrice des choses: nous regardons quelles sont les énergies dont nous disposons chez nous et nous les utilisons.
CIPRA : Encore faut-il que cela soit rentable …
Zengerle : Nous sommes ici dans la partie souabe de la Bavière. Les idéalistes purs et durs ne sont pas légion. On ne fait rien à perte. La loi sur l'injection d'énergie a donné un premier essor aux énergies renouvelables chez nous au début des années 1990. Auparavant, il n'était pas intéressant d'investir. Des agriculteurs regroupés autour de l'association "renergie" fondée alors se sont particulièrement engagés dans la promotion des énergies renouvelables .
CIPRA : Quelle est l'influence de l'administration sur ce boom ?
Zengerle : Nous orientons cet engagement. Cela a commencé en 1999, quand nous avons demandé à nos citoyens comment ils voyaient Wildpoldsried vingt ans plus tard. Des citoyens, des conseillers communaux et des aménagistes ont élaboré un plan cadre pour la localité sur la base des résultats de cette consultation. Les énergies renouvelables y jouaient un rôle important, mais sans objectifs concrets. Un portail Internet a permis d'apprendre aux habitants de Wildpoldsried qui utilise telle ou telle énergie renouvelable. Le fait de savoir ce que font les autres a donné un nouvel essor aux énergies renouvelables.
CIPRA : Est-ce qu'on trouve plus de gens engagés sur le plan écologique à Wildpoldsried ?
Zengerle : Plus une localité est petite, plus le bénévolat y joue un rôle important. Par exemple, un habitant de Wildpoldsried organise chaque année un achat groupé d'installations photovoltaïques et solaires thermiques. Par l'intermédiaire de notre bulletin communal, nous invitons alors toutes les personnes intéressées à une réunion. Plus il y a de participant-e-s, meilleur marché sont les installations. En 2004, nous avons acheté pour trois millions d'euros d'installations photovoltaïques.
CIPRA : Participez-vous aussi à ce mouvement ?
Zengerle : Je possède chez moi une installation photovoltaïque et je me chauffe avec des plaquettes de bois. En outre, j'ai remis en service la centrale hydraulique qui se trouvait dans mon ancienne scierie. Je suis un vrai passionné de technique énergétique !
Suivez-nous

Icon_facebook  Icon_twitter