Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Climat et aménagement du territoire

Les conséquences du changement climatiques sont mesurables, ses dommages économiques en partie chiffrables. On a plus que jamais besoin de mesures de protection du climat et d'adaptation au changement climatique. Mais l'aménagement du territoire met du temps à réagir. Des stratégies d'adaptation réussies ont été présentées lors de la Conférence annuelle de la CIPRA.
Les glaciers fondent, l'ampleur des catastrophes naturelles et leur nombre sont en augmentation, les coulées de boue et les inondations en font notamment partie. "Les catastrophes naturelles sont des catastrophes culturelles", a souligné la Prof. Helga Kromp-Kolb, climatologue à l'Institut de météorologie de l'Université de Vienne. "Je ne me fais pas de soucis pour les Alpes mais pour les hommes et les femmes qui y vivent. Il s'agit vraiment de notre milieu de vie".
L'aménagement du territoire doit réagir aux dangers naturels
Il est important de réagir à cette augmentation des dangers naturels sous l'angle de l'aménagement du territoire. Il y a lieu, par exemple, d'assainir les forêts de protection, de renforcer la protection contre les inondations. Il faut redonner plus de place aux cours d'eau, les revitaliser et laisser libres de constructions les zones inondables proches des rives.
Puisqu'on constate une concurrence croissante autour d'un petit nombre de surfaces à l'abri des dangers naturels alpins, l'aménagement du territoire doit développer de nouveaux modèles d'habitat économisant le sol et élaborer des plans de zones de dangers.

Processus de planification novateurs


Exemple : Protection durable contre les inondations à Samedan
La commune de Samedan, en Haute-Engadine, a réalisé en 2004 un projet durable de protection contre les inondations qui s'est achevé par la revitalisation de la zone alluviale de Cristansains. Berit Junker, de l'Institut fédéral de recherche sur la forêt, la neige et le paysage (FNP/WSL), en Suisse, a étudié de nouvelles formes de prise de décisions sur la base de cet exemple : selon lui, les facteurs de succès pour la réalisation d'un concept durable résident dans l'intégration des groupes d'intérêts concernés et dans la forte collaboration de la population à l'aide de mesures de participation. Ces mesures ont finalement amené un retournement d'opinion et une approbation du projet par la population.
Christine Jurt, du FNP/WSL, a souligné l'importance pour les négociations d'avoir à l'esprit que les acteurs concernés percevaient différemment les dangers naturels. Avoir la conscience des différents points de vue sociaux, économiques, écologiques et psychologiques des personnes concernées revêt une importance décisive pour obtenir une meilleure communication et de meilleures chances de trouver de nouvelles solutions.

Exemple : River Basin Agenda
Dans le cadre du projet "River Basin Agenda" du Ministère d'Etat bavarois pour l'environnement, la santé et la protection des consommateurs, une importance particulière a également été accordée au cours du processus de planification à l'intégration du plus grand nombre possible d'acteurs tels que les services spécialisés, les communes, les représentants d'intérêts divers, les personnes concernées. Sur 11 bassins versants modèles choisis dans l'Arc alpin - en Bavière, en France, en Italie, en Autriche, en Suisse et en Slovénie - les partenaires du projet ont expérimenté de nouvelles méthodes et stratégies de gestion. Selon le chef de projet Stefan Thums, une gestion moderne et intégrative des zones fluviales se caractérise d'abord par une analyse approfondie de la problématique, en plus de la planification et de la mise en œuvre de mesures.

Exemple : Plans de développement territorial en Autriche
Les plans de développement territorial pour la gestion des eaux mis sur pied en Autriche sont d'excellents exemples d'une approche globale : on identifie les exigences spatiales relatives à la rivière ou au fleuve et les conflits d'utilisation qui en résultent. Dans le cadre d'un processus de planification participatif et interdisciplinaire, on recherche ensuite des solutions consensuelles pour une gestion durable des surfaces dans l'intérêt de la sécurité contre les crues. Par ce processus, on peut garantir à long terme la présence de zones inondables potentielles.

Exemple : concept de protection contre les inondations de la Linth
Le canal de la Linth, en Suisse, a été construit il y a presque 200 ans entre Glaris et le lac de Zurich. Les inondations de 1999 et 2005 ont montré la nécessité de nouvelles mesures de protection contre les crues, d'autant plus que les événements météorologiques extrêmes augmentent en nombre et en intensité. L'ingénieur de la Linth Markus Jud a insisté sur le fait qu'il est possible d'obtenir une protection écologique contre les crues même avec un système de canalisations aménagé de manière artificielle, notamment en élargissant le lit des cours d'eau. En outre, des mesures de revitalisation sont prévues sur les arrière-fossés du canal Escher et du canal de la Linth. Plusieurs restes de forêts alluviales dans le Linthband seront également revitalisés.
Suivez-nous

Icon_facebook  Icon_twitter