Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Nouveau gouvernement italien peu digne de confiance pour ce qui concerne la Convention alpine

Le nouveau gouvernement italien de centre gauche a échoué au premier test en rapport avec la Convention alpine. En 2001, la Commission européenne a demandé au Conseil de l'UE d'approuver la signature du protocole Transports par l'UE. Cette signature a échoué jusqu'ici en raison de la résistance opposée par l'Italie sous la présidence de Berlusconi, et en particulier par son ministre des transports Lunardi, toujours désireux de construire de nouvelles infrastructures.
Le centre gauche italien s'était toujours montré résolument partisan de la ratification de l'ensemble des protocoles de la Convention alpine par l'Italie. A la page 148 de la déclaration gouvernementale de la coalition du président Prodi, on peut lire que l'Italie prévoit la ratification de tous les protocoles. Néanmoins, lors du Conseil des ministres des transports du 9 juin 2006, le nouveau ministre italien des transports, M. Bianchi, n'a pas approuvé la signature du protocole Transports par l'UE, arguant qu'il fallait se donner encore un peu de temps. Il reste une chance que la signature du protocole Transports soit décidée lors du Conseil des ministres de l'environnement de l'UE qui se tiendra à la fin juin. Dans le cas contraire, l'affaire sera reportée au deuxième semestre 2006, sous la présidence finlandaise de l'UE. Peu avant, le 31 mai 2006, la Commission de l'environnement du Parlement européen avait approuvé à l'unanimité la ratification des protocoles Energie, Protection des sols et Tourisme, de sorte qu'on peut s'attendre bientôt à la ratification de ces protocoles par l'UE.
Source : CIPRA International
Mots-clés associés : ,
Suivez-nous

Icon_facebook  Icon_twitter