Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Un protocole Eau pour la Convention alpine !

Le ministre autrichien de l'environnement souhaite faire élaborer un protocole Eau durant sa présidence de la Convention alpine, répondant ainsi à un souhait exprimé depuis longtemps par la CIPRA.
En 2005/2006, l'Autriche assume la présidence de la Convention alpine. Son ministre de l'environnement, Josef Pröll, se retrouve ainsi président de la Conférence alpine, réunissant les ministres de l'environnement des Etats alpins et de l'UE. Pröll considère que l'élaboration d'un protocole Eau de la Convention alpine constitue l'une de ses priorités pour les deux ans de son mandat.
Certes, avec la Directive cadre sur l'eau, les Etats membres de l'UE disposent d'un instrument important pour la protection transfrontalière des eaux. Cependant, toutes les parties contractantes de la Convention alpine ne sont pas membres de l'UE. "Selon nous, il est nécessaire de créer un cadre légal sous l'égide de la Convention alpine également", a déclaré Pröll. C'est pourquoi l'Autriche va prendre "l'initiative d'élaborer un protocole Eau".
Les bassins versants d'un grand nombre de cours d'eau de l'espace alpin s'étendent sur plusieurs Etats. Certains problèmes ne peuvent donc se résoudre que par une approche transfrontalière. Un protocole Eau offre non seulement des bases importantes pour la gestion économique de l'eau. Il comble aussi une lacune majeure dans le domaine de la protection des Alpes. Seul un tel protocole permet par exemple de définir une norme unique pour la protection des glaciers. La Directive cadre sur l'eau de l'UE a été créée pour l'ensemble de l'UE et elle ne répond pas aux conditions spécifiques des Alpes. La présentation complexe des objectifs environnementaux dans la Directive cadre de l'UE entraîne des procédures longues et compliquées. De plus, pour trouver un compromis après des années de débats, on aboutit souvent à des prescriptions exceptionnelles, parfois contraires à la protection des eaux. Par contre, un protocole Eau de la Convention alpine doit être court et compréhensible et engager les parties contractantes.
Comme les parties contractantes de la Convention alpine n'ont pas réagi jusqu'ici à ses demandes répétées d'élaborer un protocole Eau, la CIPRA a déjà rédigé elle-même une proposition de protocole à l'occasion de l'Année internationale de l'eau, en 2003.
Mots-clés associés : ,
Suivez-nous

Icon_facebook  Icon_twitter