Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Pollution atmosphérique élevée au Tyrol

Messtastion von Greenpeace zur Feinstaubmessung

La station de mesure Greenpeace pour particules fines. © Greenpeace/Jurrien Westerhof

Les habitantes et habitants d'Innsbruck risquent de manquer d'air. Cette année, les concentrations de particules fines ont déjà dépassé 37 fois la valeur maximale admissible de 50 microgrammes par mètre cube d'air. Le nombre admissible de dépassements pour toute l'année est de trente.
Lorsqu'il est dépassé, le chef du gouvernement du Land doit intervenir et établir un catalogue de mesures en vue de réduire la concentration de particules fines. Des taux élevés de particules fines dans l'air causés par la circulation et les chauffages constituent un problème dans beaucoup de localités autrichiennes, mais à Innsbruck il est particulièrement grave : l'autoroute de la vallée de l'Inn avec une fréquence croissante de camions en transit produit des quantités importantes de poussières qui ne sont pas évacuées, mais accumulées en raison de la topographie de la ville.
Les conséquences des nuisances causées par les particules fines sont nombreuses et il faut compter avec un risque élevé de maladies des voies respiratoires, ainsi qu'un effet cancérigène. De même, la fonction pulmonaire diminue, surtout chez les enfants, et les maladies durent plus longtemps. Les médecins spécialistes de l'environnement comparent les effets des particules fines à ceux du tabagisme passif.
Source et informations : www.greenpeace.at, Der Standard Online, 16 mars 2005
Suivez-nous

Icon_facebook  Icon_twitter