Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

La VIIIe Conférence des ministres de l'environnement des Etats alpins : un bilan mitigé

A l'occasion de la VIIIe Conférence alpine qui s'est tenue le 16 novembre à Garmisch-Partenkirchen en Allemagne, les ministres de l'environnement n'ont pas pu se décider en faveur d'un protocole " Population et culture " à caractère obligatoire de la Convention alpine. Dans le domaine des transports, les Etats alpins souhaitent poser de nouveaux jalons.
Les ministres de l'environnement des Etats alpins ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur le nom du successeur du Secrétaire général ad intérim, Noël Lebel. Deux pays ont opposé leur veto au candidat favorisé par la majorité. Les ministres ont décidé que le thème de la population et de la culture ne serait traité que dans le cadre d'une déclaration et non sous la forme d'un protocole d'application à caractère obligatoire. Les enjeux liés à la population ne sont donc toujours pas mis sur un pied d'égalité avec ceux de l'environnement et de l'économie, qui sont traités dans le cadre de neuf protocoles à caractère obligatoire pour la mise en oeuvre de la Convention alpine. La garantie de l'approvisionnement de proximité et des services publics dans les régions rurales, l'instruction et la formation continue, ainsi que le développement d'une architecture régionale ne seront donc pas traités équitablement dans la Convention alpine.
Par contre, c'est la première fois qu'un plan d'action sur plusieurs années a été adopté pour la Convention alpine, avec des règles formulées pour les activités au cours des prochaines années. Les ministres de l'environnement des Etats alpins et un représentant de la Commission européenne ont adopté une déclaration sur les transports selon laquelle les coûts externes des transports de marchandises doivent également être pris en considération. En plus, les revenus provenant des péages doivent aussi pouvoir bénéficier aux infrastructures ferroviaires. Presque tous les ministres se sont montrés inquiets du changement climatique et de ses retombées sur les Alpes dans leurs discours. La présidence de la Convention alpine passe de l'Allemagne à l'Autriche.
Source et informations : www.cipra.org (de/fr/it/sl/en)