Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Non des ministres à la convention européenne sur les régions de montagnes

Réunis pour leur 12e conférence à Hanovre, le 8 septembre 2000, les Ministres européens responsables de l´aménagement du territoire n'ont donné aucune suite au projet de convention cadre européenne sur les régions de montagne. Ce projet de texte était proposé par le Congrès des Pouvoirs Locaux et Régionaux de l´Europe et l´Assemblée Parlementaire du Conseil de l´Europe.
Le principe de cette convention sur les régions de montagne consiste à donner à toutes les régions de montagnes européennes un cadre de développement. Du fait de la diversité de ces régions, ce texte est voué à trouver le plus petit dénominateur commun en se limitant à des généralités.
Les réactions négatives à ce projet de convention trouvent certainement leur origine dans le fait que personne ne se reconnaît dans ce texte du fait de son caractère trop général. D'autre part, ce texte part du principe que les régions de montagnes sont sous-développées, ce qui n'est pas le cas pour tous les espaces de montagne européens.

Les expériences de la Convention alpines
Les expériences accumulées depuis plus de 10 ans avec la Convention alpine montrent les difficultés à réunir dans un texte des éléments valables pour un espace tel que les Alpes. Les différences entre les régions et les pays alpins sont déjà telles qu'il est souvent délicat de se mettre d'accord sur un contenu qui soit pertinent et novateur pour toutes les régions. Ce qui vaut pour le tourisme dans une région des Alpes maritimes n'est pas toujours valable pour les Alpes autrichiennes. L'agriculture de montagne des Alpes françaises du Sud est confrontée à des problèmes climatiques et structurels tout autres que l'agriculture des Alpes suisses. La diversité que l'on retrouve dans les Alpes n'est rien par rapport à celle des différents massifs de montagne européens. On peut imaginer les problèmes à aborder la problématique du transport dans un même article valable autant pour les Alpes que pour le Caucase par exemple.

Des conventions régionales plutôt qu'une convention européenne
En regardant la carte de l'Europe, on trouvent une dizaine de massifs montagneux transnationaux, des Pyrénées au Caucase, des montagnes d'Europe centrale aux Balkans. Pour réaliser l'Europe des régions, les conventions régionales sur le modèle de la Convention alpine peuvent constituer un instrument efficace. Si les espaces de montagne, particulièrement ceux qui sont transfrontaliers, se donnent des instruments à caractère obligatoire et spécifiques pour cet espace, les problèmes peuvent être abordés de façon constructive et intégrée, au profit autant de l'environnement que des habitants. Ce n'est pas la panacée mais dans tous les cas, une convention régionale accroît la conscience des problèmes communs.
Ce système de conventions régionales, au sens de l'Europe des régions, a également comme avantage de refléter la réalité régionale, ce qui constitue un contrepoids aux réglementations européennes communes au niveau du Continent. La mise en œuvre du développement durable ne passe assurément pas uniquement par la rédaction de conventions. Mais le processus, appuyé sur le principe de subsidiarité, amène une prise de conscience qui facilite la résolution commune de problèmes communs.

Source: CIPRA Info 58, www.cipra.org/fr/alpmedia/publications/885
Suivez-nous

Icon_facebook  Icon_twitter