Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

L'émigration comme seule perspective ?

Les travaux de Werner Bätzing, chercheur spécialiste des Alpes à l'Université d'Erlangen, montrent que l'évolution démographique dans l'espace alpin est similaire à celle du reste de l'Europe, mais avec des extrêmes plus marqués. On peut constater une légère augmentation ainsi qu'un vieillissement de la population. Depuis 1980, on observe même dans les Alpes une croissance supérieure à celle de la moyenne européenne. Une forte émigration sévit cependant dans certaines régions. Entre 1871 et 2000, la population a plus que doublé dans 56% de toutes les communes alpines ; mais dans 44% d'entre elles, elle a diminué d'un quart, voire de moitié.
La croissance démographique dans les Alpes concerne surtout les centres. Les régions périphériques subissent un processus de dépeuplement. L'émigration est un cercle vicieux, qui accélère par ailleurs le vieillissement de la population : lorsque les jeunes ne reviennent pas au village une fois leur formation terminée, la population diminue, ce qui entraîne à son tour une dégradation de l'infrastructure et rend la région moins attractive. Pour stopper l'émigration et le vieillissement de la population, il faudrait davantage d'incitations à rester au village ou à y retourner à la fin des études. Les possibilités offertes par une localité sur le plan des infrastructures, du travail, de l'habitat et de la culture revêtent une importance décisive pour les jeunes comme pour les aînés.
De nombreux villages de montagne reculés se sont déjà dépeuplés au sud et à l'ouest des Alpes. Il faut dire qu'en Italie et en France, les villes ont traditionnellement une plus grande importance que les régions rurales. La situation est inverse dans l'espace alpin germanophone. Des fonds y ont donc été débloqués pour maintenir l'agriculture de montagne et les services publics. Mais actuellement, la politique régionale est également remise en question au centre et à l'est des Alpes, en raison de déficits budgétaires croissants. La discussion autour du rôle de l'Etat - doit-il et peut-il stopper le dépeuplement des régions rurales alpines, et si oui, à quel prix ? - n'en est qu'à ses débuts, du moins dans l'espace alpin germanophone.
Mots-clés associés : ,
Suivez-nous

Icon_facebook  Icon_twitter