Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Le protocole «Transports» vu par l'Allemagne

Le but de la politique des transports est d'assurer la mobilité des personnes et des marchandises, dans le respect de l'environnement. Il convient d'en aménager les conditions cadres de façon à associer un maximum d'activités avec le moins de transports possible.
Cela implique d'une part une réduction générale du trafic et d'autre part un transfert du trafic de la route vers le rail et vers le transport fluvial. Comment l'Allemagne met-elle en oeuvre le protocole "Transports" de la Convention alpine ? Nous allons d'abord collaborer avec les pays voisins dans le cadre d'accords internationaux, impliquant le respect d'importants engagements financiers. Dans le cadre du "Plan d'action Brenner 2005", les ministres autrichien, italien et allemand des transports se sont ainsi accordés sur un programme visant une augmentation d'au moins 50% du volume de trafic combiné sur l'axe du Brenner, d'ici à 2005. Un accord similaire a été passé entre l'Allemagne et la Suisse, dans le cadre des NLFA. L'Allemagne garantira ici la mise à disposition de lignes d'accès présentant une capacité suffisante. En outre, l'Allemagne participe au projet Interreg III B "Alp-Rail", qui envisage les transports à travers les Alpes comme la mise en réseau d'espaces d'activités. Elle a adopté une déclaration commune pour le transfert des marchandises sur le rail, qui s'impose, ne serait-ce que sous l'angle de la sécurité dans les tunnels. Elle participe également à un "Memorandum of Understanding" avec l'Italie, la Suisse et les Pays-Bas pour le développement d'offres ferroviaires concurrentielles pour l'axe ferroviaire Pays-Bas - Région de la Ruhr, direction Italie en passant par la Suisse. .
Source : CIPRA-Info 70
Suivez-nous

Icon_facebook  Icon_twitter