Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

La France et le protocole transports, où en est-on?

Aujourd'hui, force est de constater qu'en France le protocole transport de la convention alpine n'a pas vraiment de réalité. Pourquoi ?
Parce qu'en France, la part du trafic routier pour le passage des Alpes atteint des sommets : 78% pour la route et 22% pour le rail (Autriche: 72% route / 28% rail; Suisse: 30% route / 70% rail). Les projets de routes à grand débit sont loin d'être remis en cause. Par exemple, l' autoroute A51 qui relie Grenoble à Sisteron a pour objectif de délester le couloir à camion qu'est la Vallée du Rhône. Le projet ferroviaire Lyon-Turin, seul élément soutenable de la politique française des transports dans les Alpes, est basé sur le dogme de l'augmentation du transport de fret. Lorsque celui-ci rentrera en fonction dans 20 ans, il y aura toujours autant de trafic routier de marchandise sur les passages alpins français. En conséquence, les objectifs d'amélioration de la qualité de vie et de protection des écosystèmes fixés par le protocole transport ne seront pas atteints.
Source : CIPRA-Info 70
Suivez-nous

Icon_facebook  Icon_twitter