Outils personnels

  Filtres de recherche  

Nouveautés

Le protocole «Transports», manuel d'une politique des transports moderne dans les Alpes

Le protocole "Transports" de la Convention alpine représente un instrument précieux pour la planification de la mobilité sur le plan communal, régional, national et européen. Il constitue un critère pour l'évaluation de mesures dans le domaine des transports, de l'habitat, du développement touristique et, d'une manière générale, du développement économique d'une région. Bien que conçu pour l'espace alpin, le protocole "Transports" a une portée plus générale. Grâce à sa sensibilité écologique particulière, l'espace alpin peut jouer un rôle de précurseur pour l'ensemble de l'Europe.
Le protocole "Transports" est plus qu'un mode d'emploi : il définit des exigences très précises, auxquelles les parties contractantes ne peuvent se dérober. Il n'offre pas de solutions toutes faites à tous les problèmes, mais donne un cadre à l'intérieur duquel on doit s'efforcer de réduire les nuisances et les risques causés par le trafic. Certaines options ne sont plus envisageables : par exemple, on ne peut plus maîtriser le trafic transalpin en construisant de nouvelles routes à grand débit. Cela exclut les solutions banales et contraint à trouver de nouvelles approches, plus complexes, reposant sur une analyse précise des interactions entre l'ensemble des acteurs concernés. Il est donc particulièrement important que les parties contractantes se soient engagées à rendre compte régulièrement des mesures prises et de leur efficacité et à introduire des objectifs de qualité environnementale, des normes et des indicateurs. Il faut jouer franc jeu ; aucun pays ne va pouvoir enjoliver ou cacher sa situation. Mais, plus important : la population est informée de la qualité de son environnement et de l'effet des mesures prises. Si ces dispositions étaient aussi introduites sur le plan régional et communal (comme le prévoit l'art. 3), on pourrait enfin procéder à une planification sérieuse de l'espace et de la mobilité, basée sur des données fiables. Chaque maire et représentant politique régional pourrait se servir du protocole "Transports" comme d'un schéma directeur pour des mesures de portée locale. Grâce aux organisations de protection de l'environnement, nous disposons aujourd'hui de deux importants traités internationaux (le protocole "Transports" de la Convention alpine et le Protocole de Kyoto), dont l'application cohérente amènerait un net revirement de notre politique des transports. Pour être réalistes, nous devons malheureusement admettre que cette application ne progressera guère sans une énorme pression des organisations de protection de l'environnement. Et ceci, malgré l'engagement formel des Etats.
Source : CIPRA-Info 70
Mots-clés associés : ,
Suivez-nous

Icon_facebook  Icon_twitter