Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Dossiers

Vivre avec les grands prédateurs dans les Alpes

© Amt für Natur, Jagd und Fischerei

Retour à pattes de velours

Poursuite, destruction de leur habitat naturel et diminution de leurs proies ont provoqué un recul important des populations d’ours, de loups et de lynx dans l’espace européen. Cependant les grands prédateurs reviennent peu à peu et réussissent à reconquérir d’anciens habitats de plus en plus souvent. Des projets de déplacement et de réintroduction ont connu un certain succès au niveau régional. Au moins une espèce de prédateur vit désormais dans 21 Etats membres de l’UE. L’espace alpin, qui est d’une grande importance pour la diversité des espèces, offre des conditions favorables à l’installation des prédateurs. Par ailleurs, plus une population est disséminée, plus sa chance de survie est grande.

Les Alpes sont caractérisées par une riche biodiversité qui revêt une importance stratégique pour le continent européen. Durant ces dernières décennies, notamment grâce aux efforts de certains gouvernements et ONG, les Alpes ont connu un repeuplement des grands prédateurs, précédemment disparus de vastes zones. Le retour de l’ours, du loup et du lynx n’est pas le défi le plus important auquel les Alpes sont confrontées, mais c’est un de ceux qui déclenche de nombreuses passions. Il s’agit sans doute d’un phénomène positif, vu l’importance des grands prédateurs pour la régulation des effectifs du gibier herbivore. Par contre, c’est un grand défi pour tous les Etats alpins, car la coexistence entre grands prédateurs et activités touristiques, zootechniques et agricoles dans l’espace alpin n’est possible que si les Etats alpins agissent de manière concertée pour développer les contributions scientifiques, les activités de surveillance et l’information sur les comportements qui pourraient mettre en péril la sécurité des personnes.

 

Sources et informations complémentaires :

Mots-clés associés : , , ,