Représentations de la CIPRA

Outils personnels

  Filtres de recherche  

Communiqués

Tourisme : les deux faces de la médaille

La conférence thématique de la CIPRA et d’Alliance dans les Alpes s’est déroulée cette année en Slovénie, dans la ville touristique de Bled. (c) Vesna Klemencic

Entre difficultés liées à la croissance touristique et aspirations à un développement soutenable, le tourisme polarise. Fin mai 2018, plus de 200 participants ont discuté à Bled en Slovénie les solutions possibles pour concilier le tourisme alpin et la qualité de vie. La conférence était organisée par la CIPRA en coopération avec le Réseau de communes « Alliance dans les Alpes ».

Les 25 et 26 mai 2018, des participants venus de toutes les Alpes et au-delà se sont réunis à Bled/SI pour la conférence annuelle organisée conjointement par CIPRA International, CIPRA Slovénie et le Réseau de communes « Alliance dans les Alpes » sous le titre « Tourisme alpin – qualité de vie incluse ! ». Plus de 200 personnes ont échangé sur le lien entre le tourisme durable et la qualité de vie dans les Alpes, ainsi que sur les risques liés au développement excessif du tourisme.

Le lieu de la conférence, Bled, est un bon exemple de ces lignes de tension. Avec son cadre idyllique au cœur des Alpes slovènes, son lac et son château historique, cette ville alpine de 8000 habitants attire des touristes du monde entier. Elle fait partie du programme obligatoire de leur tournée européenne, au même titre que les capitales. Avec ses 8 000 lits touristiques, Bled voit sa population doubler à la haute saison. Cela rapporte de l’argent, mais la municipalité en profite peu : une grande partie de cet argent part dans les caisses de l'État et des investisseurs étrangers.

La situation de Bled est le reflet des problèmes liés à la croissance du tourisme dans d'autres communes des Alpes. "Seul un tourisme contribuant à l’éradication de toute forme d’exploitation de la nature et des populations est une option durable", a déclaré Katharina Conradin, présidente de CIPRA International, dans son discours d'ouverture. Marc Nitschke, président du Réseau de communes « Alliance dans les Alpes », a ajouté : "Le tourisme et la qualité de vie ne doivent pas s’exclure». Des communes membres du réseau montrent que cela peut fonctionner.

Une spirale de croissance à haut risque

Le tourisme a de nombreux aspects positifs, a souligné Jana Apih de Goodplace, une association slovène pour le tourisme durable. Jamais les gens n'ont été plus mobiles qu'aujourd'hui ; un habitant de la terre sur dix travaille dans le tourisme, et la prospérité a augmenté dans les régions touristiques. Chaque hôtel est pourtant limité en termes de capacités : c’est le cas aussi pour les attractions et les destinations touristiques. Jana Apih s’est appuyée dans son exposé sur le cas de grandes villes touristiques extérieures aux Alpes telles que Venise, Barcelone ou Amsterdam, où les populations se mobilisent de plus en plus contre le tourisme de masse. Christian Baumgartner a également identifié de tels problèmes dans les Alpes. Le vice-président de CIPRA International a résumé ses conclusions sur la conférence dans un document intitulé « 12 mesures pour améliorer la qualité de vie dans les destinations touristiques alpines ».

Améliorer la qualité de vie dans les destinations alpines – mais comment ?

« Les solutions durables doivent être élaborées en collaboration avec la population », déclare Christian Baumgartner. Cela signifie notamment gérer les flux de visiteurs, inciter les  touristes à rester plus d’une journée ou s’interroger sur les limites de la capacité des sites touristiques. Selon le directeur du tourisme de Bled, Tomaz Rogelj, la ville ne prévoit pas d’augmenter ses capacités d’hébergement : « Nous considérons que le nombre actuel de lits est suffisant pour préserver ce que Bled propose à ses visiteurs : le calme, la nature et la détente. » La population locale doit pouvoir continuer de profiter elle aussi des atouts de Bled.

Christian Baumgartner a également souligné l'importance de bonnes conditions de travail et de modes d’exploitation alternatifs pour rendre les emplois touristiques plus attrayants pour la population locale. « Toutes les offres doivent être attractives à la fois pour les touristes et pour la population locale. »

Dans le cadre de plusieurs sessions, les participants ont discuté les lignes de conflit dans les destinations touristiques, notamment en matière de protection de la nature, de développement de l'économie locale ou de mobilité. Des solutions ont également été présentées et développées, par exemple la promotion de la diversité naturelle dans les communes ou de nouveaux modèles d’éducation et de travail. Une trentaine de jeunes ont pu participer à la conférence dans le cadre du projet « Living Labs ». Dans toutes les discussions, les participants avaient le même objectif : trouver des solutions pour un tourisme soutenable contribuant à améliorer la qualité de vie dans les Alpes.

Le document « 12 mesures pour améliorer la qualité de vie dans les destinations touristiques alpines » est disponible en ligne sur les sites de la CIPRA et du Réseau de communes « Alliance dans les Alpes ».

Plus d’informations : www.cipra.org/fr/ca2018


Pour toutes questions, prière de contacter :

Katharina Gasteiger (de, en), Directrice «Allianz in den Alpen»
+49 8642 6531, info@alpenallianz.org

Magdalena Holzer (it, fr), CIPRA International
+423 237 53 13, magdalena.holzer@cipra.org

Archive

Vous trouvez les communiqués de presse de 2009 et plus tôt dans l’archive.