Outils personnels

  Filtres de recherche  

Internationalité = plurilinguisme ? Les langues de la CIPRA

La parution en quatre langues du numéro anniversaire du CIPRA-Info n’aurait pas été possible sans les évolutions intervenues à la CIPRA dans les années 90. Pendant presque 40 ans, seuls le français et l’allemand étaient les langues officielles de la CIPRA.

La détermination des langues officielles de la CIPRA a donné lieu à de nombreuses discussions. Lors de sa fondation en 1952, on définit le français et l’allemand comme « langues officielles ». Cette limitation à deux langues – bien que la CIPRA comptât aussi des représentants italiens et slovènes – fut déjà déplorée par quelques membres au moment de la fondation.

mehrsprachigkeit Lense

Les langues et les cultures alpines
dans un même bateau lors de la
conférence annuelle de Bad
Aussee (A) en 1963. © F. Lense

Mais comme la majeure partie des représentants italiens et slovènes comprenait l’allemand ou le français, on ne jugea pas absolument nécessaire de prendre en compte d’autres langues. On craignait en outre que l’introduction d’autres « langues officielles » n’entraîne une bureaucratisation excessive de l’appareil administratif ainsi que des coûts supplémentaires. Ce furent en tout cas les arguments avancés lors d’une nouvelle discussion à ce sujet menée en 1974.

Après que le siège social eut été déplacé en Autriche sous la présidence de Fossel (1976-1983), l’espace germanophone prit beaucoup plus d’importance. Par la suite, il semble qu’il n’ait plus été question pendant longtemps de reconnaître d’autres langues officielles, bien que des représentants italiens et slovènes eussent toujours travaillé à la CIPRA – mais pas en continu –.

Une ouverture ne se produisit qu’à la fin des années 80, sous la présidence de Mario F. Broggi. Les contacts avec les espaces italien et slovène furent intensifiés. La création d’un secrétariat employant des professionnels offrait aussi la garantie de pouvoir entretenir ces contacts. L’italien, en 1990, et le slovène, en 1992, reçurent ainsi le statut de langues officielles de la CIPRA.

Après l’élargissement du secrétariat en 1995, les postes principaux furent également attribués à des personnes de différentes langues maternelles. En outre, le recours à des stagiaires provenant des différents pays alpins renforce encore le plurilinguisme et l’internationalité de la CIPRA.