Outils personnels

  Filtres de recherche  

Leitmotive

So-bri-é-té

De « sobre » : qui ne consomme que l’indispensable.

La prospérité de la société industrielle occidentale est prise pour modèle dans le monde entier. Elle permet à de larges couches de la société de couvrir non seulement leurs besoins fondamentaux tels que l’alimentation, la sécurité ou la formation mais aussi de s’approprier de nombreux autres biens qui ne sont pas vitaux tels que les voyages lointains, les appareils électroniques ou les résidences secondaires. La consommation de biens matériels autres que le minimum vital s’élève à environ 75 % de la consommation totale. Le prix est élevé : nous devons constamment gagner plus et produire plus, et consommons de plus en plus. 

Nous vivons au détriment d’autres régions du monde, des générations futures et de la nature. Le modèle de prospérité occidental se trouve ainsi de plus en plus en porte-à-faux avec le développement soutenable. C’est pourquoi la CIPRA propose la voie de la sobriété et pose la question de nos besoins réels, pour aborder avec alpMonitor, les champs d’action : nature et être humain, aménagement du territoire, tourisme, habiter et travailler, innovation sociale.  

Sources et informations complémentaires:


Par·ti·ci·pa·ti·o̱n

Du latin participatio : action de participer à quelque chose, collaboration, concours, droit de regard, de libre-discussion et d’intervention des membres d’une communauté.

Pour pouvoir réagir plus vite et mieux aux changements et aux défis dans les Alpes, il faut que l’on puisse se former une opinion et prendre des décisions de manière beaucoup plus ouverte et innovante. Les processus participatifs exigent confiance, transparence, accès à l’information et capacité de mener de bonnes discussions et de s’écouter réciproquement. Ceci ne vaut pas seulement pour les élites dirigeantes, mais pour tous les habitants et habitantes des Alpes. C’est le moyen pour eux de rester indépendants et capables d’agir.

La CIPRA garde cette exigence en tête pour aborder avec alpMonitor les champs d’action : nature et être humain, aménagement du territoire, tourisme, habiter et travailler, innovation sociale.

Sources et informations complémentaire:


So·li·da·ri·té

Du latin in solidum : « pour le tout ». Relation entre personnes ayant conscience d’une communauté d’intérêts, qui entraîne, pour les unes, l’obligation morale de ne pas desservir les autres et de leur porter assistance.

Dans les Alpes, bien des gens sont tributaires de la solidarité à plusieurs égards : solidarité entre habitants différents, entre territoires, entre Alpes et périphérie. Les personnes d’un certain âge ont tendance, par exemple, à être plus fortunées et aussi plus nombreuses. Les jeunes dépendent de leur solidarité et en revanche remplissent les caisses de prévoyance vieillesse.
Les Alpes sont faites de territoires très différents : urbains et ruraux, bien desservis et enclavés, riches et pauvres. S’ils coopèrent de manière solidaire, ils réussissent mieux. Les Alpes dépendent aussi de la solidarité du reste de l’Europe, et inversement : l’eau et le courant coulent vers le bas, les flux touristiques et la création de richesse vers le haut.   

Suivant le leitmotiv de la solidarité, la CIPRA aborde avec alpMonitor les champs d’action : nature et être humain, aménagement du territoire, tourisme, habiter et travailler, innovation sociale.

Mots-clés associés :